Index

Proverbes : zaza

Proverbe Adaladala fiandry trano, ka homam--barin-jaza. [Houlder 1895 #1628, Veyrières 1913 #2048, Cousins 1871 #3]
Traduction française Bête comme celui auquel on a confié la garde de la maison et qui ne trouve rien de mieux que de manger le riz de l' enfant, au lieu de le soigner. [Veyrières 1913 #2048]
Un coquin (litt. imbécile) qui garde la maison, il mange le riz des enfants (le riz cuit et froid laissé pour les petits restés à la maison). [Houlder 1895]
Interprétation française Se disait des gens d' une intelligence bornée. [Veyrières 1913 #2048]

Proverbe Adala nomen-tanan' ondry: na hosoloana hofany aza tsy mety. [Rajemisa 1985 #21]
Zaza nomen-tanan' ondry ka na soloana hofany aza tsy mety. [Rinara 1974]
Zaza nomen-tanan’ ondry: raha soloan--kofany aza tsy mety. [Veyrières 1913 #1553, Cousins 1871 #3780]
Interprétation malgache Enti-milaza ireo miraikitra amin' ny tiany na ny heviny ka tsy azo ahodin-doha na zavatra tsara sy marina aza no atolotra azy. [Rajemisa 1985 #21]
Traduction française Enfant auquel on a donné une patte de mouton : si on lui donne la queue à la place de la patte, il ne veut pas. [Veyrières 1913 #1553]
Interprétation française L' enfant ne connaît pas ses intérêts, mais cherche ce qui l' amuse : la queue vaut mieux que la patte. Sens plus général : préférer une chose insignifiante à une autre qui a de la valeur. [Veyrières 1913 #1553]

Proverbe Akoho mikotri-borona : kobokohoina, tsy any ny tena ; avela ihany, zaza nanasatra. [Cousins 1871]
Akoho mikotri--borona : kohokohoina, toy an' ny tena ; avela ihany, zaza nanasatra. [Veyrières 1913 #955]
Akoho mikotri--borona : kohokohoina, tsy an' ny tena, avela kosa zaza nanasatra. [Rinara 1974]
Traduction française Poule qui a couvé des canards : elle les appelle, ils ne sont pas à elle ; elle les abandonne, ce sont des petits pour qui elle s' est fatiguée. [Veyrières 1913 #955]
Interprétation française Boutade dite par ceux qui reprennent les enfants des autres et ne sont pas écoutés. [Veyrières 1913 #955]

Proverbe Akory ity ilay malaina no mitarehin-jaza aizana ka mavozon' ny haka-moana mararin' ny tazon' ny fahalainana ary mitarehim-balala maty. [Houlder 1895 #712]
Traduction française Regardez-moi ce paresseux qui a l' air d' un petit enfant malade et qui est éreinté de paresse: il est malade de la fièvre de paresse et ressemble à une sauterelle morte. [Houlder 1895]

Proverbe Alain-jaza bodo. [Veyrières 1913]
Alain-jaza tsy miteny. [Veyrières 1913]
Traduction française C' est comme la part qui revient à un enfant qui ne parle pas encore. [Veyrières 1913 #3383]
Interprétation française Se disait d' un droit évident contre lequel il n' y a pas à réclamer. [Veyrières 1913 #3383]

Proverbe Amalon' Imoriandro aho, ka tsy hain-jaza tsy haim--behivavy. [Houlder 1895 #1661]
Amalon’ Imoriandro io: tsy hain-jaza, tsy haim--behivavy (fa izaho no mahay azy). [Veyrières 1913 #3231, Cousins 1871 #118]
Amalon' Imoriandro : Sady tsy hain' ankizy no tsy haim--behivavy. [Rinara 1974 #150]
Amalon' Imoriandro: tsy hain-jaza tsy haim--behivavy. [Rajemisa 1985 #57]
Amalon' Imoriandro : tsy hain-jaza, tsy haim--behivavy, fa ny tompony no mahay azy. [Veyrières 1913 #6339]
Interprétation malgache Enti-milaza toe-draharaha sarotra tsy hain' ny sarambabe halana olana. [Rajemisa 1985 #57]
Traduction française Anguilles des marais d' Imoriandro : femmes et enfants n' y peuvent rien, il n' y a que leurs maîtres qui en viennent à bout. [Veyrières 1913 #6339]
C' est l' anguille d' Imoriandro : les enfants ne savent pas la prendre, les femmes ne la connaissent pas, mais moi je connais le moyen. [Veyrières 1913]
Je suis une anguille d' Imoriandro, ni les enfants ni les femmes ne viennent à bout de moi. [Houlder 1895]
Interprétation française Les anguilles d' Imoriandro étaient réputées très difficiles à prendre ; ce proverbe était dit, des affaires très difficiles, par les gens qui prétendaients les débrouiller. [Veyrières 1913 #3231]
Se disait des obstinés. [Veyrières 1913 #6339]

Proverbe Ambohimanga sy Antananarivo : somotra tsy an-jaza, fa ahy. [Veyrières 1913 #185]
Traduction française Paroles du roi Andrianampoinimerina disant en quelle estime il tenait les deux villes ; il se les réservait et ne les donnait pas à titre de menakely ou seigneuries. [Veyrières 1913 #185]
Interprétation française Ambohimanga et Tananarive : c' est de la barbe qui n' est pas pour les enfants, mais pour moi. [Veyrières 1913 #185]

Proverbe Andevolahy be lamosina, ka tsy mifidy zaza hobabena. [Veyrières 1913 #503, Cousins 1871 #173]
Ankizilahy be lamosina, ka tsy mifidy zaza hobabena. [Rinara 1974 #272]
Traduction française Esclave qui a l' échine forte : il ne choisit pas un enfant à porter. [Veyrières 1913 #503]
Interprétation française Il ne faut pas faire attention à la difficulté quand on peut faire un travail ou rendre un service. [Veyrières 1913 #503]

Proverbe Angalisa zanaky ny tafondro : ny feon--drainy ihany no feon-janany. [Veyrières 1913 #956, Cousins 1871]
Tafondro niteraka angalisa, ka ny feon--drainy ihany no feon-janany. [Rinara 1974 #3970]
Traduction française Le fusil est fils du canon : la voix du père est la voix du fils. [Veyrières 1913 #956]
Interprétation française Tel père, tel fils. [Veyrières 1913 #956]

Proverbe Angolangolain' ny anaran-jaza: atao Andrianoly ka raha maty sarotra itaniana. [Houlder 1895]
Aza anganonganoina ny anaran-jaza, ka atao Andrianoly ; fa raha maty, saro-taniana. [Veyrières 1913 #1493, Cousins 1871]
Aza anganonganoina ny anaran' ny zaza, fa raha maty sarotra itomaniana. [Rinara 1974 #369]
Traduction française Avoir donné un nom bizarre à son enfant: l' avoir appelé Andrianoly et, s' il meurt, pouvoir difficilement le pleurer. [Houlder 1895]
Ne donnez pas aux enfants des noms trop plaisants, par exemple : le Frisé, car s' ils meurent, on est très embarrassé pour prononcer leurs noms dans les lamentations funèbres. [Veyrières 1913 #1493]
Interprétation française Souvent les parents donnent à leurs enfants de vilains noms dans l'espoir d'en éloigner les mauvais esprits ou les influences néfastes qu' ils croient les menacer. Andrianoly vient sans doute de "Kinaoly" , nom d' êtres fabuleux à figure terrifiante. Pleurer un enfant portant le nom d' un de ces êtres malins eût été funeste. [Houlder 1895]

Proverbe Ankizy lasa sakaiza, ka milalao vovoka irery. [Houlder 1895]
Ankizy lasa sakaiza, milalao vovoka irery. [Veyrières 1913 #1550]
Ankizy nilaozan-tsakaiza ka milalao vovoka irery. [Rinara 1974 #286, Rajemisa 1985]
Zaza diso sakaiza : milalao vovoka irery. [Veyrières 1913 #1550, Cousins 1871 #3775]
Zaza nilaozan-tsakaiza, ka sady milalao vovoka irery no tsy misy mpiara-mitomany. [Rinara 1974 #5096]
Interprétation malgache Enti-milaza ireo rehetra mahatsiaro ny mahasingany azy tsy eo namana, ka voatery mamalifaly ny tenany irery. [Rajemisa 1985]
Traduction française Des enfants qui ont perdu leurs amis jouent tout seuls dans la poussière. [Houlder 1895 #1885]
Enfant qui n' a pas d'ami : il joue seul dans la poussière. [Veyrières 1913 #1550]
Interprétation française Se disait de ceux qui se tenaient à l'écart. [Veyrières 1913 #1550]

Proverbe Aoka ny akobon-jaza, fa ny voron-dasiray atao. [Cousins 1871 #280]
Aoka ny akohon-jaza, fa ny voron-dasiray atao. [Veyrières 1913 #2276, Rinara 1974 #329]
Traduction française Laissez la poule de l' enfant et servez le canard de six sous. [Veyrières 1913 #2276]
Interprétation française Ne soyez pas chiche. [Veyrières 1913 #2276]

Proverbe Arakaraka ny zaza maty ny haren-kiala. [Veyrières 1913 #2844]
Traduction française La dépense des funérailles est proportionnée au défunt qu' on enterre. [Veyrières 1913 #2844]
Interprétation française En tout il faut proportionner les frais à l' importance de la chose, ainsi les funérailles d' un enfant sont moins dispendieuses que celles d' un adulte. [Veyrières 1913 #2844]

Proverbe Aza atao tanantanana ivelan’ ny fahitra lahy. [Cousins 1871 #365]
Aza atao tanantanana ivelan' ny fahitra lahy aho. [Houlder 1895 #269]
Aza atao tanantanana ivelan' ny fahitra re aho. [Rinara 1974]
Aza manao zaza mena volo na tanantanana ivelan' ny fahitra. [Rinara 1974]
Aza manao zaza mena volo, tanantanana ivelan' ny fahitra. [Veyrières 1913 #961, Cousins 1871 #555]
Traduction française Ne me traitez donc pas comme un ricin poussant isolé en dehors du parc à bœufs. [Houlder 1895]
Ne traitez pas le nouveau-né comme un ricin qu' on jette du parc à boeufs, parce qu' il a les cheveux roux et qu' il est laid. [Veyrières 1913]
Interprétation française Le ricin était regardé comme une plante inutile : on l' arrachait lorsqu' il poussait dans le parc à boeufs. [Veyrières 1913]

Proverbe Aza atao vonon-drenikely, aza dia angatrangarina ny zaza. [Veyrières 1913 #901]
Traduction française Ne maltraitez pas, comme fait une marâtre qui est dure pour les enfants qui ne sont pas d' elle, ne traitez pas les enfants avec partialité. [Veyrières 1913 #901]
Interprétation française Ces paroles étaient dites par les maris témoins de la partialité de leurs femmes, et aussi par toute personne qui se prétendait victime de partialité. [Veyrières 1913 #901]

Proverbe Aza lozabe manana anaka, andrao tsy manan--dray ny zaza. [Houlder 1895 #1834]
Aza saro-po manan' anaka, fandrao tsy manan-dray ny ankizy. [Cousins 1871 #707, Veyrières 1913]
Aza saro-po manan' anaka, fandrao tsy manan--dray ny zaza. [Cousins 1871 #707, Veyrières 1913]
Saro-po manana anaka, ka tsy hanan--dray ny ankizy. [Rajemisa 1985 #72, Veyrières 1913 #2558, Rinara 1974]
Interprétation malgache Hahantra izay manary na mandao ny asa na raharaha fanaony noho ny hasosorana kely tsy toy inona. [Rajemisa 1985 #72]
Traduction française Ne vous emportez pas quand vous êtes enceinte, de peur que l' enfant n' ait pas de père. [Houlder 1895]
Que l' épouse qui a des enfants ne soit pas irascible, de peur que ses enfants ne soient privés de père. [Veyrières 1913 #1362]
Si une femme qui a des enfants se fâche pour un rien, le mariage ne tiendra pas et les enfants n' auront plus de père. [Veyrières 1913 #2558]
Interprétation française Allusion à la facilité avec laquelle les femmes étaient répudiées par leurs maris. [Veyrières 1913 #1362]
Ce proverbe, outre son sens littéral, se disait des gens qui quittent leur emploi à la moindre difficulté et finissent par tomber dans la misère. [Veyrières 1913 #2558]
Parce que, si vous vous emportez, vous courez le risque d' être divorcée. [Houlder 1895]

Proverbe Aza manao zatovon' ny any ary zazalahin' ny aty. [Houlder 1895 #519, Rinara 1974 #644, Cousins 1871 #556]
Aza manao zatovon' ny aty, zazalahin' ny any. [Veyrières 1913 #1561]
Zatovon' ny aty, zazalahin' ny any. [Rajemisa 1985 #1056, Abinal 1888 #869]
Interprétation malgache Enti-milaza olona miandany amin' ny antokon' olona roa sady an' ny atý no an' ny any. [Rajemisa 1985 #1056]
Traduction française Jeune homme ici, garçon aimé là-bas [Abinal 1888 #869]
Ne faites pas le jeune homme aimé ici, le garçon aimé là-bas. [Veyrières 1913 #1561]
Ne soyez pas le jeune homme (aimé) de ceux de là-bas, et en même temps le garçon (aimé) des gens d' ici. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe avait bien des sens : il se disait des gens qui étaient de deux partis et jouaient double jeu ; des jeunes gens prodigues et paresseux qui comptaient sur un héritage ; des jeunes gens envoyés en commission et qui se comportaient en enfants, faisant mal la commission. [Veyrières 1913 #1561]
Qui est des deux partis, double [Abinal 1888 #869]

Proverbe Aza mandevin-jaza marary. [Houlder 1895 #964]
Mandevin-jaza marary. [Veyrières 1913 #6171]
Tsy mety raha mandevin-jaza marary. [Rinara 1974 #4631, Cousins 1871 #3451]
Traduction française Enterrer un enfant malade. [Veyrières 1913 #6171]
N' ensevelissez pas un enfant malade. [Houlder 1895]
Interprétation française Il n' est pas encore mort, et il y a encore de l' espoir. [Houlder 1895]
Se disait des gens qui désespèrent prématurément. [Veyrières 1913 #6171]

Proverbe Aza mañano ahitra teraka alohan-jaza. [Houlder 1895]
Interprétation malgache Aza manao ahitra teraka alohan-jaza. [Houlder 1895]

Proverbe Aza mañaño herin-kanin-jaza: ñy an-tañana, ariana, ñy am-bava, aloa. [Houlder 1895]
Interprétation malgache Aza manao fierin-kanin-jaza: ny an-tanana, ariana; ny am-bava, aloa. [Houlder 1895]

Proverbe Aza matahotra ny masony nefa te-hividy ny lohany. [Rinara 1974 #705]
Matahotra ny masony ka no te-hividy ny lohany. [Rinara 1974 #2165]
Nahoana no saro-tahotra ny masony, ka tia vidy ny lohany ? [Veyrières 1913 #6013, Cousins 1871 #2066]
Saro-tahotra ny masony ka te hividy ny lohany. [Houlder 1895 #1184, Rajemisa 1985]
Saro-tahotry ny masony, ka te-hividy ny lohany. [Veyrières 1913]
Saro-tahotry ny masony ka te-hividy ny lohany, manahy ny sofin-jaza ho lava, ka no miala liana amin' ny bitro ! [Rinara 1974 #3850]
Saro-tahotry ny masony, ka tia vidy ny lohany. [Veyrières 1913]
Interprétation malgache Enti-milaza ny olona matahotra noho ny zavatra nataony ihany. [Rajemisa 1985]
Traduction française Comment, ayant peur de l' oeil, prétendez-vous acheter la tête ? [Veyrières 1913]
Il a peur des yeux du mouton, et il veut cependant en acheter la tête. [Veyrières 1913 #3819]
Vous craignez les yeux et vous voudriez acheter toute la tête! [Houlder 1895 #1184]
Interprétation française Se disait des fanfarons. [Veyrières 1913 #6013]
Se disait des gens désireux d' une chose et qui ne se laissent pas arrêter par le danger ou la crainte ; se disait aussi des fanfarons et de ceux qui veulent avoir une chose sans se donner de peine pour l' obtenir. [Veyrières 1913 #3819]

Proverbe Aza mihomehy zaza ratsy. [Veyrières 1913 #2699]
Traduction française Ne vous moquez pas d' un enfant vilain. [Veyrières 1913 #2699]
Interprétation française Car cela peut vous arriver. [Veyrières 1913 #2699]

Proverbe Aza toy ny zaza maditra : derain-tsy faly, tezeran-tsy matahotra. [Veyrières 1913 #14, Cousins 1871 #715]
Traduction française Ne faites pas comme les enfants difficiles et têtus : les éloges ne les gagnent pas, les menaces ne les effraient pas. [Veyrières 1913 #14]

Proverbe Be fanahiana hoatry ny manan-jaza tokana. [Veyrières 1913 #964]
Be fanahiana ohatra ny manan-janaka tokana. [Rinara 1974 #873]
Be fanahiana, ohatra ny manan-jaza tokana. [Cousins 1871]
Traduction française Plein d'inquiétude et de sollicitude, comme ceux qui n' ont qu' un seul enfant. [Veyrières 1913 #964]

Proverbe Bevohoka tsara teraka ka indray latsaka ny zaza sy ny ahitra. [Rinara 1974 #59]

Proverbe Boka namahan-jaza : natao hamelona kanjo nanampina ny aina. [Rinara 1974 #931]
Boka namahan-jaza : natao hamelona, kanjo nanampina ny ainy. [Veyrières 1913 #1979, Cousins 1871 #802]
Traduction française Lépreuse qui nourrit un enfant : on croyait qu'elle lui donnerait la vie et elle la lui ôte. [Veyrières 1913 #1979]
Interprétation française Plaintes sur les lépreux ; sens général : faire du mal en croyant soulager. [Veyrières 1913 #1979]

Proverbe Fery an--damosina ka tsy azo ibaben-jaza. [Rinara 1974 #1162]
Tsy azo ibaben-jaza, toa fery an--damosina. [Veyrières 1913 #1543, Houlder 1895]
Tsy azo ibaben-jaza, toy ny vay an--damosina. [Rinara 1974 #4484]
Traduction française Ce qui empêche de porter un enfant, comme une plaie au dos. [Veyrières 1913 #1543]
Qui empêche de porter un enfant, comme une blessure au dos. [Houlder 1895]
Interprétation française C' est sur leur dos que les femmes malgaches portent leurs enfants. [Houlder 1895]
Les enfants se portaient sur le dos. [Veyrières 1913 #1543]

Proverbe Hoatry ny sinibe vakin--tsiny, ka matin-jaza tezaina. [Veyrières 1913 #913]
Ohatra ny sinibe vakin--tsiny, ka matin-jaza tezaina. [Houlder 1895]
Sinibe vakin-jinga, ka matin-jaza tinaiza. [Rinara 1974 #3896]
Sinibe vakin-jinga : matin-jaza no tinaiza. [Veyrières 1913 #5476, Cousins 1871]
Traduction française C' est comme la grande cruche cassée par la petite, elle a été brisée par l' enfant qu'elle élevait. [Veyrières 1913 #913]
Comme une "grande cruche" , cassée par une cruche (ordinaire): elle a été brisée (litt. tuée) pas l' enfant qu' elle élevait. [Houlder 1895]
Grande cruche cassée par la tasse à puiser l' eau : c' est être tué par l' enfant qu' on a nourri et élevé. [Veyrières 1913 #5476]
Jarre brisée par un zinga : personne trahie par l’enfant qu’elle a élevé. [Nicol 1935 #393]
Interprétation française Les Malgaches ont des grandes cruches qui sont enterrées dans le sol de la case et servent de réservoirs, et des cruches plus petites servant à porter l'eau de la source à la maison. Ce proverbe s' applique aux parents qui ont à souffrir du fait de leurs propres enfants. [Houlder 1895]
Parents qui ont à souffrir des enfants. [Veyrières 1913 #913]
Se disait de l' ingratitude. [Veyrières 1913 #5476]

Proverbe Hoatry ny taizan-drenibe : voky hanina, fa tsy mitombo saina. [Veyrières 1913 #971]
Hoatry ny zaza taizan-drenibe : voky hanina, fa tsy mitombo saina. [Veyrières 1913 #971]
Zaza taizan-drenibe : voky hanina fa votsa saina. [Rinara 1974 #5102]
Traduction française Enfant élevé par sa grand-mère : il est bien repu, mais il ne grandit pas en sagesse. [Veyrières 1913 #971]
Interprétation française Se disait des enfants auxquels on laissait de la fortune mais qu' on avait mal élevés. [Veyrières 1913 #971]

Proverbe Ilay nanana zaza botry: ny adidy azo, ny zaza tsy mitombo. [Veyrières 1913 #880, Cousins 1871 #1123]
Ilay nanana zaza botry : ny adidy azo ny zaza tsy nitombo rahateo. [Rinara 1974]
Ilay nitaiza zaza botry : ny adidy azo ny zaza tsy nitombo rahateo. [Rinara 1974]
Traduction française Homme qui a un enfant rabougri : les reproches pleuvent sur lui et l' enfant ne grandit pas. [Veyrières 1913 #880]
Interprétation française Les Malgaches croyaient superstitieusement que c' était une malédiction ; ce proverbe se disait de ceux qui ne réussissaient pas. [Veyrières 1913 #880]

Proverbe Iri-mahory, tahaka ny zaza adala. [Cousins 1871 #1145]
Iri-mahory tahaka ny zaza maditra. [Rinara 1974]

Proverbe Izahay zaza anie no soa dia hianareo vaventy no miray saina. [Rinara 1974 #1461]

Proverbe Izay iray zaza no iray tafasiry. [Houlder 1895 #252, Veyrières 1913 #1511]
Traduction française Ceux qui ont les mêmes enfants ont la même conversation. [Veyrières 1913 #1511]
Ceux qui ont les mêmes enfants ont les mêmes entretiens. [Houlder 1895 #252]
Interprétation française Ils parlent de leurs enfants. [Veyrières 1913 #1511]

Proverbe Izy no tsara torimaso, efa nahalehibe zaza handimby (hisolo) azy. [Rinara 1974 #1534]

Proverbe Lalao amin-jaza : ka ataovy izay tsy hampitomany azy. [Veyrières 1913 #1515, Houlder 1895]
Lalao amin-jaza ka ataovy izay tsy hitomaniany. [Rinara 1974 #1690]
Tahaka ny lalao amin-jaza, ka atao izay tsy itomaniany. [Rinara 1974 #257]
Tahaka ny laolao amin-jaza, ka atao izay tsy hampitomany azy. [Cousins 1871 #2960]
Traduction française En jouant avec des enfants, jouez de façon à ne pas les faire pleurer. [Houlder 1895]
Quand vous jouez avec des enfants, faites en sorte de ne pas les faire pleurer. [Veyrières 1913 #1515]

Proverbe Lavitra tsy mahare tanin-jaza. [Samson 1965 #L35]
Ny lavitra tsy mahare ny tanin-jaza (tomanin-jaza). [Rinara 1974 #3077]
Ny lavitra tsy mahare tanin-jaza. [Cousins 1871]
Ray aman-dreny lavitra tsy mahare senton-jaza (tomanin-jaza). [Rinara 1974 #3739]
Ray aman-dreny lavitra tsy mahare tanin-jaza. [Veyrières 1913 #996, Cousins 1871 #2778]
Traduction française Parents éloignés n’entendent pas les pleurs de l’enfant. [Nicol 1935 #178]
Père et mère qui sont loin, n' entendent pas les pleurs et les cris de leur enfant. [Veyrières 1913 #996]
Interprétation française On a beau se plaindre, quand on est au loin, on n'est pas entendu. [Veyrières 1913 #996]

Proverbe Mahita ny akohokelinay matavy, ka andeha hilalao ry zavavy. [Veyrières 1913 #919, Cousins 1871 #1428]
Mahita ny akohokelinay matavy, ka "andeha hilalao ry zazavavy". [Rinara 1974 #1888]
Traduction française On voit que nos enfants sont dodues et on leur dit : allez vous amuser, filles. [Veyrières 1913 #919]

Proverbe Malaza ho avy any Namehana ka no tsy mitondra voasary ho an-jaza. [Rinara 1974 #1928]
Malaza ho avy any Namehana, ka tsy mitondra voasary ho an-jaza. [Veyrières 1913 #6072, Houlder 1895]
Malaza ho avy any Namehana, ka tsy nitondra voasary ho an-jaza! [Cousins 1871 #1454]
Traduction française Dire qu' on revient de Namehana et pourtant ne pas en rapporter des citrons pour les enfants. [Houlder 1895]
On sait qu' il vient de Namehana, et il n' apporte pas de citron pour l' enfant. [Veyrières 1913 #6072]
Interprétation française Dans cet endroit-là, les citrons étaient pour rien, alors comment s' expliquer que celui qui en revenait n' en rapportât pas? [Houlder 1895]
Se disait des gens qui ont la réputation d' être sages et n' accomplissent pas leurs affaires. Namehana était réputé pour ses oranges et ses citrons. On appliquait le proverbe à ceux qui allaient au loin pour faire le commerce ou chercher fortune, et ne rapportaient rien. [Veyrières 1913 #6072]

Proverbe Mamahan-tsofin-jaza. [Veyrières 1913 #1519]
Traduction française Nourrir les oreilles d' un enfant en lui faisant des promesses qui le calment. [Veyrières 1913 #1519]
Interprétation française Se disait surtout à l'époque où on était trop occupé des travaux des rizières, pour s'occuper sans cesse des enfants. [Veyrières 1913 #1519]

Proverbe Mananatra ny zaza ary nify, ka ny lambany no ariany. [Veyrières 1913 #778]
Mananatra ny zaza ary nify, ka ny lambany no ariany, na ny fo zaka no enti-mananatra. [Houlder 1895 #422]
Mananatra ny zaza ary nify: ny lambany no ariany. [Cousins 1871 #1506]
Traduction française Admonestez un enfant qui pousse ses dents : de dépit il jette son lamba. [Veyrières 1913 #778]
Quand vous réprimandez un enfant qui a toutes ses dents, il jette son lamba (c. à. d. il se fâche), à moins que vous n' usiez de beaucoup de douceur. [Houlder 1895]
Interprétation française Il vaut mieux se taire ; ce proverbe se disait des inférieurs qu' on avait charge de réprimander et qu' on reprenait inutilement. [Veyrières 1913 #778]

Proverbe Mananatra zaza tsy nateraka mahabe foto-tsofina. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Maniraka andevo tsy nohinary, mahabe foto-tsofina. [Veyrières 1913 #566, Cousins 1871]
Maniraka ny zaza tsy nateraka, ka mahabe vavorona. [Veyrières 1913 #922, Cousins 1871 #1618]
Maniraka zaza tsy nateraka, ka mahavizam-bava. [Rinara 1974 #2111]
Zanaka tsy nateraka, mahabe vavorona. [Houlder 1895 #1874, Veyrières 1913 #953]
Traduction française Des enfants qui ne sont pas à vous dilatent les narines, c.à.d. vous mettent en colère. [Houlder 1895]
Des enfants qu' on n' a pas engendrés vous agrandissent les narines. [Veyrières 1913]
Envoyer au travail ou en commission un enfant qu' on n' a pas mis au monde, cela fait élargir les narines. [Veyrières 1913 #922]
Envoyer travailler un esclave dont on n' est pas le maître, cela fait gonfler le dessous des oreilles. [Veyrières 1913 #566]
Réprimander un enfant d' un autre lit, c' est se gonfler le cou et s' égosiller : il n' écoute pas. [Veyrières 1913 #973]
Interprétation française Ils font mettre en colère. [Veyrières 1913 #953]
Les esclaves n' obéissent qu' à leur maître et il faut crier après eux pour les faire travailler. [Veyrières 1913 #566]
Les rapports entre les marâtres et les enfants sont difficiles et les marâtres s'égosillent à crier après les enfants pour les faire travailler ; ce proverbe se disait des rapports entre les maîtres et les subordonnés. [Veyrières 1913 #922]
Se disait de la difficulté de commander aux enfants des autres. [Veyrières 1913 #973]

Proverbe Masa-tery toa voaloboka-jaza. [Veyrières 1913 #6172]
Masa-tery toy ny voaloboka-jaza. [Cousins 1871, Houlder 1895]
voaloboka-jaza ka masa-tery. [Rinara 1974 #4985]
Traduction française Faire mûrir en pressant, comme le font les enfants des raisins. [Houlder 1895]
Qu' on fait mûrir en pressant, comme les raisins que les enfants font mûrir en les pressant dans leurs doigts. [Veyrières 1913 #6172]
Interprétation française Des enfants qui s' amusent avec des raisins encore verts et les pressent; les raisins deviennent ainsi tendres ou mûrs, mais c' est une chose forcée. [Houlder 1895]
Se disait d'une chose qu' on ne veut pas dire et dont les autres arrachent le secret par d' habiles interrogations. [Veyrières 1913 #6172]

Proverbe Maty foana, hoatry ny mamelon-jaza boka : miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala rantsana. [Veyrières 1913]
Maty foana, ohatra ny mamelon-jaza boka miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala-rantsana. [Cousins 1871]
Maty foana ohatra ny mitaiza zaza boka : miandry izay hahalehibeazany kanjo nilaozany nanala rantsana. [Rinara 1974]
Traduction française Peiner pour rien, comme celui qui élève un enfant lépreux : on attend qu' il grandisse et il est en train de perdre ses doigts. [Veyrières 1913 #2010]
Interprétation française Se disait de ceux qui travaillent en pure perte. [Veyrières 1913 #2010]

Proverbe Matoa tenin-jaza, tenin-dray olona. [Houlder 1895 #1884, Cousins 1871 #1681]
Matoa tenin-jaza, tenin' ny lehibe. [Rinara 1974 #2185]
Traduction française Si ce sont les paroles d' un enfant, elles viennent pourtant d' une grande personne. [Houlder 1895]
Interprétation française Un enfant ne fait que répéter ce qu' il a entendu dire. [Houlder 1895]

Proverbe Miefonefona hoatry ny zaza voky tain-jiro. [Veyrières 1913 #1525]
Traduction française Être essoufflé comme un enfant repu de suif de chandelle. [Veyrières 1913 #1525]

Proverbe Miisa roa ohatra ny fatin-jaza, sady ao atsimon-trano no am--pasan--drazana. [Rinara 1974]
Misa roa, toa fatin-jaza : sady atsimon-trano no am--pasan--drazana. [Veyrières 1913 #377]
Misa roa, toa fatin-jaza: sady atsimo trano no am--pasan--drazana. [Cousins 1871 #1823]
Nahoana no dia misa roa toa fatinjaza: sady ao atsimon-trano no am--pasan--drazana? [Houlder 1895 #2131]
Traduction française Avoir deux parts, comme le cadavre d' un enfant : il est enterré au sud de la maison, et encore dans le tombeau des ancêtres. [Veyrières 1913 #377]
Comment se fait-il que vous avez deux places, comme le corps d' un enfant mort, une au sud de la maison, et l' autre dans le tombeau des ancêtres? [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe fait allusion au placenta enterré par le père au sud de la maison, à la naissance de l' enfant ; on le disait en guise de protestation quand quelqu'un, à deux titres différents, était appelé à faire double corvée ou à payer double impôt. On peut dire aussi que l'enfant avait deux tombeaux, parce qu' on l' ensevelissait d' abord au sud de la maison, en attendant que le tombeau de l' ouest fût ouvert pour un adulte ; alors on l' y transportait. [Veyrières 1913 #377]
Le corps d' un petit enfant est souvent enseveli temporairement près de la maison, ou près du tombeau de famille, au sud: il y reste jusqu' à ce qu' on ouvre ce tombeau pour y mettre un membre adulte de la famille, car alors on l' exhume et on le met avec les autres. [Houlder 1895]

Proverbe Mijalijaly am--pitoerana, hoatry ny zaza tsy afa-dratsiaina. [Veyrières 1913 #5918]
Mijalijaly am--pitoerana, ohatra ny zaza tsy afa-dratsiaina. [Cousins 1871]
Mijalijaly ohatra ny zaza tsy afa-dratsiana. [Rinara 1974]
Traduction française Piétiner sur place comme un enfant dont on n' a pas satisfait les caprices. [Veyrières 1913 #5918]
Interprétation française Se disait des gens qui ne peuvent pas se procurer ce qu' ils désirent. [Veyrières 1913 #5918]

Proverbe Misalasala hoatry ny mitoetra amin-drenikely : manoza tanana, mandany rano ; mitoetra amin' izao, zaza veta. [Veyrières 1913 #5812]
Misalasala, ohatra ny mitoetra amin-drenikely : manoza tanana, mandany rano; mitoetra amin’ izao, zaza veta. [Cousins 1871]
Misalasala ohatra ny mitoetra amin-drenikely : mioza tanana lazaina ho mandany rano, mitoetra amin' izao, lazaina ho voretra. [Rinara 1974]
Traduction française Être dans l'embarras, comme l' enfant qui habite avec sa marâtre : s'il se lave les mains, elle dit qu' il gaspille l' eau ; s' il reste sans se laver, elle dit que c' est un enfant malpropre. [Veyrières 1913 #5812]
Interprétation française Se disait des gens toujours blâmés, quoi qu' ils fassent. [Veyrières 1913 #5812]

Proverbe Mitahontahom-poana, toy ny zazavavy iray anaka. [Veyrières 1913 #926, Rinara 1974 #2435, Cousins 1871 #1854]
Traduction française Maladroite comme un jeune femme qui n' a encore qu' un enfant. [Veyrières 1913 #926]

Proverbe Mitaiza boka, ka manabe ny tsy azo ho namana. [Houlder 1895 #2024]
Mitaiza zaza boka ka manabe ny tsy azo ho namana. [Rinara 1974 #2440]
Traduction française Nourrir un (enfant) lépreux, c' est élever quelqu' un qui ne pourra pas être votre compagnon. [Houlder 1895]

Proverbe Mitaiza zaza be lelo ka samy manindrahindra ny azy. [Ravelojaona 1937 #H.219, Dahle: Angano #228]
Toy ny zaza be lelo ka samy manindrahindra ny azy. [Veyrières 1913 #1006, Rinara 1974 #4386]
Toy ny zaza be lelo: samy manindrahindra ny azy. [Cousins 1871 #3260]
Zaza be lelo, ka samy manindrahindra ny azy. [Rinara 1974 #5089, Abinal 1888]
Traduction française Enfants morveux : ils dégoûtent tout le monde excepté leurs mères ; chaque mère est heureuse de moucher le sien. [Veyrières 1913 #1006]
Lors même qu'un enfant soit sale et morveux, la mère le berce avec plaisir. [Abinal 1888]
Interprétation française Ce proverbe se disait des personnes qui n' aimaient pas les enfants, mais il avait plus ordinairement un sens de partialité ; sens plus général : c'est à chacun qu'il appartient de se tirer de ses difficultés. [Veyrières 1913 #1006]
Chacun aime et préfère ce qui est à lui. [Abinal 1888]

Proverbe Mitolona aman-jaza. [Veyrières 1913 #3496]
Mitolon-jaza. [Veyrières 1913 #3496]
Traduction française Lutte avec des enfants. [Veyrières 1913 #3496]
Interprétation française Se disait des gens qui se disputaient avec de plus faibles qu'eux. [Veyrières 1913 #3496]

Proverbe Mitranga mihemotra toa lelon-jaza. [Rajemisa 1985]
Interprétation malgache Enti-milaza ny olona miovaova hevitra ka mbetika marisika hanao zavatra iray, mbetika indray tapa-kevitra tsy hanao. [Rajemisa 1985]

Proverbe Mitsikitsiky foana toy ny zaza feno lovia : homam-be vao mivanika. [Veyrières 1913 #1526]
Mitsikitsiky ohatra ny zaza feno vilia : homana be vao mivanika. [Rinara 1974]
Mitsikitsiky, toy ny zaza feno lovia : homana be vao mivanika. [Cousins 1871]
Traduction française Sourire comme l' enfant qui a son assiette pleine : c' est quand il mange beaucoup qu' il montre ses dents. [Veyrières 1913 #1526]
Interprétation française Se disait des gourmands et aussi de ceux qui ne savaient pas profiter de l' aisance. [Veyrières 1913 #1526]

Proverbe Mpandany ny azo toy ny zaza mpandova. [Houlder 1895 #1918, Veyrières 1913 #2393]
Traduction française Prodigue comme un enfant qui vient d' hériter. [Veyrières 1913 #2393]
Prodigue (ou dépensier) comme un enfant qui a fait un héritage. [Houlder 1895]

Proverbe Nahoana no mitaiza zaza, ka tsy mitahiry senasena? [Veyrières 1913 #930, Cousins 1871]
Nahoana no moramorain-jazabodo, ka tsy mitahiry senasena? [Veyrières 1913 #930, Cousins 1871]
Nahoana no moramorain-jaza ka tsy mitahiry senasena? [Houlder 1895]
Traduction française Pourquoi, ayant beaucoup d' enfants, n' avez-vous pas la plante senasena pour leur faire des remèdes ? [Veyrières 1913 #930]
Pourquoi avez-vous si peu de sollicitude pour vos (petits) enfants, que vous n' ayez pas de "senasena" chez vous? [Houlder 1895]
Interprétation française Le "senasena" est une plante dont on fait des remèdes - des vermifuges - pour les petits enfants. [Houlder 1895]
Se disait des personnes insouciantes ou négligentes ; avec la plante senasena les Malgaches faisaient des remèdes, surtout pour les enfants. [Veyrières 1913 #930]

Proverbe Nahohoky ny ntaolo ny zaza teraka tamin' ny Alakaosy. [Veyrières 1913 #91]
Traduction française Les enfants nés au mois à Alakaosy étaient tués par les ancêtres qui les plongeaient dans l' eau la tête en bas. [Veyrières 1913 #91]
Interprétation française Ces enfants étaient tués par superstition. [Veyrières 1913 #91]

Proverbe Namelona zaza boka : nanalehibe ny tsy azo ho namana. [Rinara 1974]
Nitaiza boka : nahalehibe ny tsy azo ho namana. [Veyrières 1913 #2019, Cousins 1871]
Nitaiza zaza boka : nanalehibe ny tsy azo ho namana. [Rinara 1974]
Traduction française Élever un lépreux : on fait grandir quelqu' un qu' on ne peut pas garder comme compagnon. [Veyrières 1913 #2019]
Interprétation française Travail vain, dévouement inutile. [Veyrières 1913 #2019]

Proverbe Nampanaran-jaza ka kely haja imasom-bahoaka. [Rinara 1974 #178]

Proverbe Nangetaheta aho, ka sendra rano ; nanakororo-bary, ka sendra rivotra ; naniry zaza, ka tera-dahy. [Veyrières 1913 #931]
Naniry zaza ka tera-dahy. [Rinara 1974 #2750]
Traduction française J' avais soif et j' ai trouvé de l' eau ; je vannais le riz et il est survenu un bon vent ; je désirais un enfant et un garçon m' est né. [Veyrières 1913 #931]
Interprétation française Paroles dites par la reine Ranavalona I à la naissance de son fils Radama II ; ce proverbe se disait de ceux qui réussissaient en tout. [Veyrières 1913 #931]

Proverbe Ny ankizy no tia tsapa fatana, ny ray aman-dreny no tia tonotono. [Rajemisa 1985]
Ny zaza no tia tsapa-fatana, dia ry zareo vaventy no tia tono hanina. [Rinara 1974 #3381]
Ny zaza no tia tsapa fatana, ny ray aman-dreny no tia tono hanina. [Veyrières 1913 #992, Cousins 1871 #2534]
Interprétation malgache Enti-milaza ny toetran' ny lehibe izay tsy miafina amin' ny ankizy ka mazàna no alainy tahaka. [Rajemisa 1985]
Traduction française Si les enfants aiment à tripoter le feu, c' est que les parents aiment à manger des grillades. [Veyrières 1913 #992]
Interprétation française Les enfants imitent les parents. [Veyrières 1913 #992]

Proverbe Ny dian-tanany no arahin-tongony. [Veyrières 1913 #985, Cousins 1871 #2197]
Ny dian-tanany no arahin-tongony, ary ny tenin-jaza tenin-dehibe. [Rinara 1974]
Traduction française Les pieds suivent la main, les pattes de derrière suivent les pattes de devant. [Veyrières 1913 #985]
Interprétation française Les enfants imitent la conduite des parents ; ce proverbe se disait aussi de ceux qui imitaient leurs prédécesseurs. [Veyrières 1913 #985]

Proverbe Ny fanajana ny ray aman-dreny manendrika ny zaza hendry. [Veyrières 1913]
Traduction française Le respect envers le père et la mère convient à l' enfant sage, et l' embellit. [Veyrières 1913 #986]

Proverbe Ny hambohambo sarotra atao, ka tanio, fa zaza maty, fa toe-tarehy hitan’ olona ihany. [Veyrières 1913 #1529, Cousins 1871]
Ny hambohambo sarotra atao, ka tanio fa zaza maty, fa toe-tarehy niaraha-nahita. [Rinara 1974 #3024]
Traduction française Il est difficile de le vanter sur ce qu'il n'a pas ; cependant pleurez cet enfant, car il est mort, et pour ce qui est de la beauté de son visage tout le monde peut la voir. [Veyrières 1913 #1529]
Interprétation française Paroles de lamentations à la mort d' un enfant : on disait toujours qu' il était beau. [Veyrières 1913 #1529]

Proverbe Ny mahia zokin' antitra, ary ny tsy manam-bato hatoraka zandrin-jaza! [Rinara 1974 #3093]
Ny mahia, zokin’ antitra ; ny tsy manam-bato batoraka, zandrin’ olona. [Cousins 1871 #2309]

Proverbe Ny ray hendry mahay mitondra zaza. [Veyrières 1913 #888]
Traduction française Les pères sages savent conduire leurs enfants. [Veyrières 1913 #888]

Proverbe Ny tanin-jaza tsy re lavitra, fa ny tanim-basy no re lavitra. [Veyrières 1913 #787]
Traduction française Les pleurs de l' enfant ne s' entendent pas au loin, mais le grondement du fusil s' entend au loin. [Veyrières 1913 #787]
Interprétation française Les plaintes des petits ne sont pas entendues ; celles des grands retentissent au loin. [Veyrières 1913 #787]

Proverbe Ny teraka tsy ifanapahana, fa izay velona no rain' ny zaza. [Rinara 1974 #3295, Cousins 1871 #2502]

Proverbe Ny zaza fito tsy mahafehy trano: fa ny fanahy fito no mahafehy trano. [Veyrières 1913 #1397, Cousins 1871]
Ny zaza fito tsy mahafehy trano, fa ny fanahy soa no mahafehy trano. [Rinara 1974 #3378]
Zaza fito tsy mahafehy trano, fanahy fito no mahafehy trano. [Rajemisa 1985]
Zaza fito tsy mahafehy trano, ny toetra soa mahari-monina. [Rinara 1974]
Interprétation malgache Tsy ny hamaroan' ny zanaka akory no mety hahasakana ny mpivady tsy hisaraka fa ny toetra soa maro sy ny hatsarampanahy ananany. [Rajemisa 1985]
Traduction française Sept enfants ne suffisent pas à fermer la porte de la maison et à rendre stable le foyer des époux ; il faut encore sept qualités d' esprit et de caractère. [Veyrières 1913 #1397]
Interprétation française Les enfants eux-mêmes ne suffisent pas à empêcher le divorce. [Veyrières 1913 #1397]

Proverbe Ny zaza fito tsy mahatam-bady, fa ny fanahy fito no mahatana. [Veyrières 1913 #1398, Cousins 1871 #2533]
Ny zaza fito tsy mahatam-bady, fa ny fanahy fito no mahatana azy. [Houlder 1895 #1832]
Zaza fito tsy mahatana, fa fanahy fito no mahatana. [Veyrières 1913 #1398, Cousins 1871 #3776]
Traduction française Sept enfants ne parviennent pas à retenir un mari, mais bien beaucoup (lit. sept) d' intelligence (ou de sagesse). [Houlder 1895]
Sept enfants ne suffisent pas à retenir un époux qui veut divorcer, mais sept esprits le retiennent. [Veyrières 1913 #1398]
Interprétation française C' est-à-dire les qualités de caractère et la bonne conduite. [Veyrières 1913 #1398]

Proverbe Ny zaza hendry mahafaly ny rainy, ny zaza adala mampahory ny reniny. [Veyrières 1913 #990]
Traduction française L'enfant sage fait la joie de son père, l' enfant insensé fait la désolation de sa mère. [Veyrières 1913 #990]

Proverbe Ny zaza mihanta amin--dray aman-dreny saro-miory. [Rajemisa 1985]
Ny zaza nihanta tamin--dray aman-dreny saro-miory. [Veyrières 1913 #991]
Interprétation malgache Enti-milaza fa ny zaza tsy mba nihafy fa niadan-dava teo amin' ny ray aman-dre niny no sahirana sy mijaly eo amin' ny tsy fisiana. [Rajemisa 1985]
Traduction française Les enfants gâtés par leurs parents supportent difficilement la misère. [Veyrières 1913 #991, Abinal 1888]

Proverbe Ny zaza no be tati-bolana, dia ny ray aman-dreny no be tondron-teny. [Rinara 1974 #3379]

Proverbe Ny zaza no njola, rainy niherikerika nandevina ny ahitra. [Veyrières 1913 #102]
Traduction française Si l'enfant louche, c'est que son père a regardé de côté en portant le placenta au sud de la maison pour l' enterrer. [Veyrières 1913 #102]
Interprétation française Les Malgaches croyaient superstitieusement que cela rendait l'enfant louche ; on disait ce proverbe de toute affaire qui ne réussissait pas parce qu' on avait manqué d' attention. [Veyrières 1913 #102]

Proverbe Ny zaza no tia rairay dia ny lehibe no fangalarina. [Rinara 1974 #3380]

Proverbe Ny zaza tombo tsy any ny tena. [Cousins 1871 #2535]
Ny zaza tombo tsy an' ny tena. [Veyrières 1913 #993, Rinara 1974 #3382]
Traduction française L' enfant est un surplus mais pas pour soi. [Veyrières 1913 #993]

Proverbe Ody zazam-Bonizongo, ka samy manao izay hahalava fe ny zanany. [Houlder 1895 #2089, Veyrières 1913 #1531]
Ody zazan' ny Vonizongo, ka samy manao izay hahalava fe ny zanany. [Rinara 1974 #3394]
Traduction française Les remèdes des enfants du Vonizongo: tous, (c.à.d. les parents), ils les donnent pour allonger les cuisses de leurs enfants. [Houlder 1895]
Remèdes pour les enfants du Vonizongo : tous les parents les donnent pour faire allonger les cuisses de leurs enfants. [Veyrières 1913 #1531]
Interprétation française C. à. d. pour en faire de bons marcheurs, car le Vonizongo, situé à une centaine de km. de Tananarive, a des relations suivies avec cette ville, et autrefois, il n' y avait aucun moyen de transport, il fallait marcher. [Houlder 1895]
C' était une contrée éloignée de Tananarive, et les voyages se faisaient à pied. [Veyrières 1913 #1531]

Proverbe Ohatra ny zaza tsy an-trano reny : manarangarana izay olo-miditra. [Rinara 1974]

Proverbe Omen-tantely, mivozihi-kibo ; omen-tsira, bongo maso. [Veyrières 1913 #1466, Cousins 1871 #2573]
Omen-tantely, mivozihi-kibo, omen-tsira mandoandoa, toy ny zaza somony. [Rinara 1974 #3446]
Traduction française Donnez-leur du miel, ils disent que cela gonfle le ventre ; donnez-leur du sel, ils disent que cela gonfle les yeux. [Veyrières 1913 #1466]
Interprétation française Ce proverbe se disait des gens qui ne sont jamais contents, et surtout des beaux-parents qu' on ne parvient pas à satisfaire. [Veyrières 1913 #1466]

Proverbe Raha fanambadiana tsy ho raikitra, aoka hody hamelon-jaza. [Veyrières 1913 #1399]
Raha fanambadiana tsy ho vanona, andeha mody hamelon-jaza. [Veyrières 1913 #1399]
Raha fanambadian-tsy ho vanona, aleo mody hamelon-jaza. [Houlder 1895 #1835]
Raha fanambadian-tsy ho vanona, andeha mody hamelon-jaza. [Rinara 1974 #3563, Cousins 1871 #2646]
Traduction française Si notre mariage ne doit pas être plus stable et si notre ménage ne doit pas mieux marcher, allons-nous en à la maison de nos parents élever nos enfants. [Veyrières 1913 #1399]
Si votre second mariage ne va pas, il vaut mieux retourner chez vous élever le ou les enfants (de votre premier mariage). [Houlder 1895]
Interprétation française Paroles de la femme qui voulait échapper à la tyrannie d' un mari exigeant, et retourner chez ses parents ; sens plus général : occupons-nous d' une affaire plus utile. [Veyrières 1913 #1399]

Proverbe Raha zaza sarotra ala-nify, aoka ho sosona. [Veyrières 1913 #1534, Cousins 1871 #2728]
Raha zaza sarotra ali-nify, aoka ho sosona. [Houlder 1895 #416]
Traduction française Si un enfant ne veut pas se laisser arracher les dents, laissez-lui avoir des surdents. [Veyrières 1913 #1534]
Si un enfant ne veut pas se laisser arracher une dent, qu' il lui en vienne une autre à côté. [Houlder 1895]
Interprétation française Se disait des enfants volontaires et difficiles à réprimander, et de tous les gens incorrigibles. [Veyrières 1913 #1534]

Proverbe Rambezin' ny zaza ankehitriny. [Veyrières 1913 #335]
Traduction française La jeunesse d' aujourd' hui cherche du nouveau. [Veyrières 1913 #335]
Interprétation française On change les usages. [Veyrières 1913 #335]

Proverbe Sady zaza no lehibe, sahala amin' ny lahiantitra manambady bodokely. [Rinara 1974]

Proverbe Safeli-jaza minono. [Veyrières 1913 #5034]
Traduction française L' homme rusé fait des détours comme le enfant, placé sur le dos de sa mère et qui passe sa tête sous le bras pour se sein et téter. [Veyrières 1913 #5034]

Proverbe Saro-belomina, toa zaza farofy: ampisotroin-dro, kofina; fahanam-bentiny, kenda. [Cousins 1871 #2865]
Saro-belomina toy ny zaza farofy : ampisotroin-dro, kofina ; fahanam-bentiny, kenda. [Veyrières 1913 #1536, Rinara 1974]
Traduction française Difficile à nourrir comme un enfant maladif : on lui donne à boire, il avale de travers ; on lui donne du solide, il s' étrangle. [Veyrières 1913 #1536]
Interprétation française Se disait des gens difficiles à traiter. [Veyrières 1913 #1536]

Proverbe Tandrimon-jaza ka avy mandihy dia miongana. [Rinara 1974 #4035]

Proverbe Toa tenin-jaza tenin-draiolona. [Veyrières 1913 #1538]
Traduction française Si un enfant parle ainsi, c' est qu' une grande personne le lui a dit. [Veyrières 1913 #1538]
Interprétation française Les enfants répètent ce qu'ils ont entendu dire. [Veyrières 1913 #1538]

Proverbe Toy fihavanan-jaza : raha miady, toa hifandaka ; fa raha mihavana, toa tsy hisaraka. [Nicol 1935 #427]
Toy ny fihavanan-jaza : miady toa tsy hiombona, ary raha mihavana toa tsy hisaraka. [Rinara 1974 #4279]
Toy ny fihavanan-jaza : raha miady, toa hifandaka ; fa raha mihavana, toa tsy hisaraka. [Cousins 1871 #3192]
Traduction française Amitié d’enfants : la querelle semble aller jusqu’aux coups de pied; l’entente paraît sans retour. [Nicol 1935 #427]

Proverbe Toy ny voatavo tsy mifandraka, fa zaza bodo. [Rinara 1974 #4381, Cousins 1871 #3258, Houlder 1895]
Voatavo tsy mifandraka, fa zaza bodo. [Veyrières 1913 #1547]
Traduction française Ces enfants sont comme des citrouilles que le ciseau n' a pas encore ouvertes : ils n' ont pas l' âge de raison. [Veyrières 1913 #1547]
Semblable à une courge: on ne peut s' en servir (litt. elle n' est pas encore évidée), car elle est trop jeune. [Houlder 1895]
Interprétation française Les courges ou calebasses doivent être mûres et sèches avant qu' on puisse les vider et s' en servir comme récipients. Ce proverbe s' emploie souvent sous la forme abrégée de "voatavo tsy mifandraka" , qui est alors une simple figure servant à désigner les petits enfants qui n' ont pas encore de raison. [Houlder 1895]

Proverbe Tovovavy tsy endrehin-damba sarika; tsy adidiko fa adidin-dreniny. [Rajemisa 1985]
Zanako tsy endrehina lamba sarika : tsy adidiko fa adidin-dreny. [Veyrières 1913 #897]
Zazavavy tsy endrehin-damba sarika : tsy adidiko, tsy adidin-drainy. [Cousins 1871 #3786, Houlder 1895, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Interprétation malgache Enti-milaza zavatra izay tsy miankina amin' ny hafa fa amin' ny tena ihany (eto, ny endrik' ilay zazavavy na ny tsy fahaizany mitafy no mahatsara na maharatsy azy; marihina fa toa manala ny rainy sy manadidy ny hafa eto ny ohabolana, ny antony an-gamba dia satria ny reniny no tokony ho efa nampianatra sy nanazatra an-janany hitafy lamba sarika hatry ny ela). [Rajemisa 1985]
Raha misy tanora tototry ny soa nefa mbola tsy mahomby ihany, ny ray aman-dreny no mahazo tsiny. [Rajemisa 1985]
Traduction française Si ma fille a un lamba de fibres de bananier qui ne lui va pas, ce n'est pas mon affaire, mais celle de sa mère. [Veyrières 1913 #897]
Une fille qui n' est pas jolie avec un lamba "sarika" : ce n' est ni ma faute, ni celle de son père. [Houlder 1895]
Interprétation française C'est là affaire de femmes. [Veyrières 1913 #897]
Le lamba "sarika" est fait avec les fibres du bananier. [Houlder 1895]

Proverbe Tsakitsakin-jaza: tompony indraika izarana. [Houlder 1895]
Interprétation malgache Katsa-jaza: ny tompony indray no izarana. [Houlder 1895]

Proverbe Tsara raha maniry zaza ka tera-dahy. [Veyrières 1913 #948]
Tsara raha maniry zaza ka tera-dahy, naniry harena ka nahavita trano. [Rinara 1974 #4411]
Tsara raha naniry zaza ka tera-dahy. [Cousins 1871 #3289, Nicol 1935 #128]
Traduction française Heureuse la femme qui désirait un enfant et qui a mis au monde un fils. [Veyrières 1913 #948]
Il est doux, quand on a désiré un enfant, d’avoir un garçon. [Nicol 1935 #128]
Interprétation française Se disait de ceux qui voyaient leurs désirs se réaliser. [Veyrières 1913 #948]

Proverbe Tsy kofehy no nafehy trano, fa zaza no miandry trano, ka ny miditra hitany, ary ny mivoaka hitany. [Veyrières 1913 #1007, Cousins 1871 #3359]
Tsy kofehy no nafehy trano, fa zaza no miandry trano, ka ny miditra hitany, ny mivoaka hitany. [Rinara 1974]
Traduction française Ce n' est pas une corde qui sert à fermer la maison, mais c' est un enfant qui garde la case : ce qui entre il le voit, ce qui sort il le voit. [Veyrières 1913 #1007]
Interprétation française C'était me grande pensée malgache que l' enfant consolidait le foyer et rendait plus stable l'union des parents ; on employait aussi ce proverbe pour dire qu'on savait tout ce qui s' était passé. [Veyrières 1913]

Proverbe Tsy misy zazakely vao miana-mandeha, ka hotoroana ny lalan-kaleha ; tsy misy akohokely jamba ka hotohinina vao mianavaratra, tsipazam-bary vao mivoaka. [Veyrières 1913 #6134]
Traduction française Vous n' êtes pas un enfant à qui on montre la route qu' il doit suivre ; vous n' êtes pas un poussin aveugle qui aille au nord, à la place d'honneur, quand on le chasse, ou qui sorte du parc quand on y jette du riz pour lui. [Veyrières 1913 #6134]
Interprétation française Se disait des personnes sages et fidèles. [Veyrières 1913 #6134]

Proverbe Tsy satrin' ny zaza ny ho njola, fa ny mpandevin' ahitra no miherikerika. [Veyrières 1913 #3423]
Traduction française Si un enfant louche, ce n' est pas qu' il l' a choisi, mais c' est que son père s' est retourné en allant enterrer le placenta. [Veyrières 1913 #3423]
Interprétation française Allusion à une croyance superstitieuse : à la naissance de l'enfant, le père allait enterrer le placenta au sud de la maison ; ce proverbe se disait des commissions changées par le commissionnaire : c'est la faute du commissionnaire. [Veyrières 1913 #3423]

Proverbe Tsy zaza hotantanana fa ny mahalia lalana. [Rinara 1974]

Proverbe Vehivavy tsara tarehy petaka orona : voantondro iray monja no tsininy. [Veyrières 1913 #1794, Cousins 1871 #3656]
Vehivavy tsara tarehy petaka orona, voantondro iray no tsininy. [Veyrières 1913 #1601]
Vehivavy tsara tarehy petaka orona: voatondro iray monja no tsininy. [Houlder 1895 #1298]
Vehivavy tsara tarehy petak' orona : ilany kely no tsininy. [Rinara 1974 #4917]
Zazavavy soa petaka orona: voantondro iray no tsininy. [Veyrières 1913 #1601, Cousins 1871 #3785]
Zazavavy tsara voavitsy petak' orona : voatondro iray no tsininy. [Rinara 1974 #5099]
Traduction française Femme jolie mais qui a le nez camus : il ne s' en faut que d' un travers de doigt pour qu'elle soit parfaite. [Veyrières 1913 #1794]
Jeune fille agréable ou femme au joli visage avec le nez camus : il ne s' en faut que d' un travers de doigt pour quelle soit parfaite. [Veyrières 1913 #1601]
Une belle femme avec un nez écrasé: elle n' a qu' un tout petit défaut. [Houlder 1895]
Interprétation française Bien difficilement tout est parfait ; ce proverbe se disait des choses qui n' avaient qu' un léger défaut. [Veyrières 1913 #1601]

Proverbe Velon--dray tsy manjaka ny zaza. [Veyrières 1913 #895]
Traduction française Du vivant de son père l' enfant ne gouverne pas. [Veyrières 1913 #895]

Proverbe Voa mirindra, voa miandalana, ka izay mahatsangy no zaza. [Houlder 1895 #1923, Veyrières 1913 #1011]
Voa mirindra, voa miantaha : ka izay mahatsangy no zaza. [Rinara 1974 #4986]
Traduction française Des graines alignées, des graines arrangées, ce sont ceux qui font honneur à leurs parents qui sont les (vrais) enfants. Les enfants sont comparés à des graines, et de même que toutes les graines ne réussissent pas, tous les enfants ne font pas honneur à leur famille. [Houlder 1895]
Graines alignées, graines arrangées ; ce sont ceux qui font honneur aux parents qui sont les vrais enfants. [Veyrières 1913 #1011]

Proverbe Voatavo mahamay ka tsy hanin-jaza sarotra an-kanina. [Rinara 1974 #4999]

Proverbe Zanaka velon-kalina, ka ny am-pony hafa, ny am-poko hafa. [Houlder 1895 #1868]
Zanaka velon-kalina : ny am-pony hafa, ny am-poko hafa. [Rinara 1974 #5082]
Zaza velon-kalina : ny am-pony hafa, ny am-poko hafa. [Veyrières 1913 #1018, Cousins 1871 #3782]
Traduction française Enfant né dans la nuit : ce qui est dans son coeur est bien différent de ce qui est dans le mien. [Veyrières 1913]
Un enfant né la nuit dernière: ce qui est dans son cœur, ce n' est pas ce qui est dans le mien. [Houlder 1895]
Interprétation française Allusion à la naissance de l' enfant sous un mauvais destin : l'enfant l'ignore et ne s'en soucie pas, mais les parents s' en soucient ; ce proverbe au sens général signifiait qu' on n' avait pas la même manière de penser. [Veyrières 1913 #1018]
A partir du moment où il est né, c' est un individu distinct. [Houlder 1895]

Proverbe Zaza be loha, omen-tehina vao mitsingoloka. [Veyrières 1913 #1549, Cousins 1871 #3774, Rinara 1974]
Traduction française Enfant à grosse tête : on lui donne une canne et il tombe la tête en avant. [Veyrières 1913 #1549]
Interprétation française Se disait de ceux à qui un secours rendait mauvais service. [Veyrières 1913 #1549]

Proverbe Zaza diso hanta, tsy menatra ny hamingavinga. [Rinara 1974 #5090]

Proverbe Zaza folo tsy ody trano. [Samson 1965 #Z14]

Proverbe Zaza hariana tsy zahanam-banjankoho. [Samson 1965 #Z13]

Proverbe Zaza kamboty miaraka an' efitra, tsipoy mifamelona. [Veyrières 1913 #3189]
Traduction française Orphelins qui voyagent ensemble dans le désert : ils sont comme les perdrix qui vont par groupes et s' aident pour la nourriture. [Veyrières 1913 #3189]
Interprétation française Se disait parfois des héritages qui restent dans la famille ; se disait aussi des enfants peu aisés qui se viennent mutuellement en aide. [Veyrières 1913 #3189]

Proverbe Zaza mahary tanàna. [Veyrières 1913]
Traduction française C' est un enfant qui peut courir seul dans le village. [Veyrières 1913 #1551]

Proverbe Zaza manana tombony. [Veyrières 1913 #1015]
Traduction française C' est l' enfant préféré. [Veyrières 1913 #1015]

Proverbe Zaza mifo-delo ka mody an-toerana amin' ny tompony. [Veyrières 1913 #2759]
Traduction française Enfant qui renifle : la morve revient à son maître. [Veyrières 1913 #2759]
Interprétation française Nous sommes responsables de nos actions et nous avons à en subir les conséquences. [Veyrières 1913 #2759]

Proverbe Zaza mivalana am--pandriana : voa rainy, voa reniny. [Veyrières 1913 #1016, Cousins 1871 #3777]
Traduction française Enfant qui fait ses ordures au lit : son père et sa mère en sont atteints. [Veyrières 1913 #1016]
Interprétation française Les fautes des enfants atteignent les parents. [Veyrières 1913 #1016]

Proverbe Zaza nahatapa-damosina, notrotroana nahafola-tsandry, nefa henamaso aza tsy nozarainy. [Rinara 1974 #5099]

Proverbe Zaza niara-nilalao izahay, antitra niara-nitanina andro, ka izay nalehany hitako avokoa. [Rinara 1974 #5095]
Zaza niara-nilalao (izahay); antitra, niara-nitanin-andro, ka izay nalehany hitako avokoa. [Cousins 1871]

Proverbe Zaza nomena ontsy ka dia mitelina. [Veyrières 1913 #1552, Rinara 1974 #5097, Cousins 1871 #3779]
Traduction française Enfant auquel on a donné une banane : il l' avale. [Veyrières 1913 #1552]
Interprétation française Se disait de ceux qui se pressaient trop, comme l' enfant qui ne prend pas le temps d' enlever la peau de la banane. [Veyrières 1913 #1552]

Proverbe Zaza sary. [Veyrières 1913 #1017]
Traduction française Les bâtards sont des copies et non des originaux. [Veyrières 1913 #1017]

Proverbe Zazavavy mandeha vao isa. [Veyrières 1913 #1600]
Traduction française Jeune fille qui sort pour la première fois. [Veyrières 1913 #1600]

Proverbe Zazavavy tsy endrehim-bakana : mampisalasala ny mpitazana. [Rinara 1974 #5100]

Index