Index

Proverbes : mividy

Proverbe Aza matahotra ny masony nefa te-hividy ny lohany. [Rinara 1974 #705]
Matahotra ny masony ka no te-hividy ny lohany. [Rinara 1974 #2165]
Nahoana no saro-tahotra ny masony, ka tia vidy ny lohany ? [Veyrières 1913 #6013, Cousins 1871 #2066]
Saro-tahotra ny masony ka te hividy ny lohany. [Houlder 1895 #1184, Rajemisa 1985]
Saro-tahotry ny masony, ka te-hividy ny lohany. [Veyrières 1913]
Saro-tahotry ny masony ka te-hividy ny lohany, manahy ny sofin-jaza ho lava, ka no miala liana amin' ny bitro ! [Rinara 1974 #3850]
Saro-tahotry ny masony, ka tia vidy ny lohany. [Veyrières 1913]
Interprétation malgache Enti-milaza ny olona matahotra noho ny zavatra nataony ihany. [Rajemisa 1985]
Traduction française Comment, ayant peur de l' oeil, prétendez-vous acheter la tête ? [Veyrières 1913]
Il a peur des yeux du mouton, et il veut cependant en acheter la tête. [Veyrières 1913 #3819]
Vous craignez les yeux et vous voudriez acheter toute la tête! [Houlder 1895 #1184]
Interprétation française Se disait des fanfarons. [Veyrières 1913 #6013]
Se disait des gens désireux d' une chose et qui ne se laissent pas arrêter par le danger ou la crainte ; se disait aussi des fanfarons et de ceux qui veulent avoir une chose sans se donner de peine pour l' obtenir. [Veyrières 1913 #3819]

Proverbe Boka mividy lamba somizo : ny haren-katao misy ihany fa ny hitafiana azy no fatratra. [Rinara 1974 #930]
Boka mividy somizy : ny haren-katao misy ihany, fa ny hitafiana azy no fatratra. [Cousins 1871]
Boka mividy somizy : ny haren-katao misy ihany, fa ny hitafiana azy no sarotra. [Veyrières 1913 #1977, Cousins 1871]
Traduction française Lépreux qui achète de la percale : il a bien de quoi acheter, mais le difficile c' est de se revêtir du vêtement. [Veyrières 1913 #1977]
Interprétation française Se disait des gens qui étaient riches mais laids. [Veyrières 1913 #1977]

Proverbe Bokan' Inamehana : tsy mividy tsy manakalo, koa homana ny anganon-kanina. [Veyrières 1913 #1989, Cousins 1871 #822]
Traduction française Lépreux de Namehana : ils n' achètent pas, ils ne font pas d' échanges et ils mangent une nourriture extraordinaire. [Veyrières 1913 #1989]
Interprétation française Se disait des vivres extraordinaires. [Veyrières 1913 #1989]

Proverbe Faly sasaka tahaka ny mividy hena fahavaratra. [Rinara 1974 #75]
Faly sasaka, toy ny mividy hena fahavaratra. [Veyrières 1913 #5539, Cousins 1871 #891]
Traduction française Heureux à moitié, comme celui qui achète de la viande en été. [Veyrières 1913 #5539]
Interprétation française Car il n' a pas de riz pour accompagner la viande : en été la provision de riz est épuisée. [Veyrières 1913 #5539]

Proverbe Halam-patana sy tonom--bomanga, ka na dia tsy mivady aza mifandabodaboka. [Houlder 1895 #1773, Veyrières 1913 #3005]
Tonom--bomanga sy halam-patana : na tsy hivady aza mifanavokavoka. [Rinara 1974 #4199, Cousins 1871 #3140]
Tonom--bomanga sy halam-patana : na tsy hividy aza, mifanavo-kavoka. [Veyrières 1913 #4607]
Traduction française Comme le foyer et des patates qu' on y rôtit: quoiqu' ils (c.à.d. les gens auxquels on pense) ne soient pas mari et femme, ils sont bien rapprochés (litt. ils s' embrassent). [Houlder 1895]
Le foyer et les patates qu' on y fait rôtir : ils ne sont pas mari et femme, et cependant ils s'embrassent. [Veyrières 1913 #3005]
Patates grillées et entourage de foyer : bien qu' aucun n' achète à l' autre, ils se battent. [Veyrières 1913 #4607]
Interprétation française On battait les patates grillées sur l' entourage du foyer pour enlever la cendre. [Veyrières 1913 #4607]

Proverbe Hividy aza hatao, ka mahazo vao mifararemotra. [Cousins 1871 #1080]
Hividy sarotra atao, ka mahazo mora vao mifararemotra. [Rinara 1974 #1353]
Hividy sarotra hatao, ka mahazo mora vao mifendrofendro. [Cousins 1871 #1082]

Proverbe Hividy ondry hanahirana, nefa ny akoho mody ho azy. [Rinara 1974 #1352, Cousins 1871 #1081]

Proverbe Izaho angaha azon' ialahy nividy laona no handoa izany volabe izany? [Veyrières 1913 #4866, Rinara 1974]
Izaho angaha no azon’ ialahy nividy laona no handoa izany vola be izany. [Cousins 1871 #1158]
Traduction française Tu m' as donc surpris en train d' acheter un mortier à piler le riz, pour que je me trouve obligé de te donner tant d' argent ! [Veyrières 1913 #4866]
Interprétation française L' expression acheter un mortier, se disait de ceux qui, pris en flagrant délit de sorcellerie, préféraient payer à ceux qui les surprenaient, une forte somme d' argent, pour ne pas être dénoncés. [Veyrières 1913 #4866]

Proverbe Jamba mividy hena : miady varotra ny hohanina fa tsy mangataka ny hatao jiro. [Rinara 1974]

Proverbe Mavo lamba mividy hena: anaovan’ ny olona sarotra, fa ataony ho liana. [Cousins 1871 #1693]
Mavo lamba mividy hena : anaovan' ny olona sarotra (lafo) fa ataony ho liana. [Rinara 1974 #2216]
Mavo lamba mividy hena, ka tsy fantatry ny olon-ko liana. [Houlder 1895 #1480, Veyrières 1913 #2528]
Traduction française Individu mal habillé qui veut acheter de la viande : on ne s' aperçoit pas de son désir,. [Veyrières 1913 #2528]
Un homme misérablement habillé qui cherche acheter de la viande: les gens ne s' aperçoivent pas de son désir. [Houlder 1895]
Interprétation française Il est tellement mal mis qu' on ne pense pas qu' il ait de quoi acheter. [Houlder 1895]

Proverbe Mividy mahazo, mangataka omena, ka nony anontaniana hitokija! [Rinara 1974 #2522]
Mividy mahazo, mangataka omena : ka nony ierana hitokija. [Veyrières 1913 #6513, Cousins 1871 #1920]
Traduction française Quand vous achetez, vous recevez ; quand vous demandez, on vous donne ; mais quand il s'agit d' un avis, vous trouvez bouche close. [Veyrières 1913 #6513]
Interprétation française Un avis est plus difficile à donner. [Veyrières 1913 #6513]

Proverbe Mividy ny amalon-tena. [Veyrières 1913 #982]
Traduction française Enfant qui rachète sa propre anguille. [Veyrières 1913 #982]
Interprétation française Cette expression se disait des enfants qui rachetaient les biens vendus par leurs parents ; et de tous ceux qui rachetaient leurs propres biens. [Veyrières 1913 #982]

Proverbe Mividy razana. [Veyrières 1913 #476]
Traduction française Acheter des ancêtres. [Veyrières 1913 #476]
Interprétation française Se disait de ceux qui donnent de l'argent pour être traités comme nobles, et de ceux qui paient une chose très cher. [Veyrières 1913 #476]

Proverbe Mividy sira ho am-badin' olona, ka manabe takolaka ny an' ny sasany. [Rinara 1974 #2523]
Mividy sira ho am-badin' olona, ka manatavy ny an' olona tsy foiny. [Houlder 1895 #1772, Veyrières 1913 #1305]
Mividy sira ho am-badin’ olona: manabe takolaka ny any ny sasany. [Cousins 1871 #1921]
Mividy sira ho am-badin' olona : manabe takolaka ny an' ny sasany. [Veyrières 1913 #1305]
Traduction française Acheter du sel pour la femme d' un autre, c' est engraisser ce dont il ne se dessaisira pas. [Veyrières 1913 #1305]
Acheter du sel pour la femme d' un autre, c' est grossir les joues de celle qui est à un autre. [Veyrières 1913 #1305]
En achetant du sel pour la femme d' un autre, on engraisse ce dont il ne se dessaisira pas. [Houlder 1895]
Interprétation française Autrefois le sel était un article apprécié mais cher, et que chacun ne pouvait pas se procurer. [Houlder 1895]
Ce proberve outre son application aux libertins, se disait en général des gens qui négligeaient leur ménage et leurs affaires pour s'occuper des autres. [Veyrières 1913 #1305]

Proverbe Mividy zo. [Veyrières 1913 #477]
Traduction française Acheter des honneurs. [Veyrières 1913 #477]
Interprétation française Se disait de ceux qui vont avec les grands et fréquentent des gens au-dessus de leur condition. [Veyrières 1913 #477]

Proverbe Mpivaro-tantely mividy sakay : mivarotra ny mamy ho an' ny olona, fa mividy mangidy ho an' ny tena. [Veyrières 1913 #5999]
Mpivaro-tantely mividy sakay: mivarotra ny mamy ho an’ olona, fa mividy mangidy ho any ny tena. [Cousins 1871 #1999]
Mpivaro-tantely mividy sakay, mivarotra ny mamy ho an' olona fa mividy mangidy ho an' ny tena. [Nicol 1935, Rinara 1974]
Traduction française Comme le vendeur de miel qui achète du piment : il vend aux autres le doux, et prend pour lui ce qui pique. [Nicol 1935 #270]
Marchand de miel qui achète du piment : il vend aux autres la douceur et prend pour lui l' amertume. [Veyrières 1913 #5999]
Interprétation française Se disait des gens se dépensant au service des autres. [Veyrières 1913 #5999]

Proverbe Nangataka hianao nomeko, nividy nanaovako mora, ka no nitsirika ny ao am-bilany indray, ka inona kosa no mba ho an' ny zanako? [Rinara 1974]
Nangataka nomeko, nividy hianao nanaovako mora, ka nitsirika ny ao am--bilany indray, ka inona kosa no mba ho any ny zanako ? [Cousins 1871 #2082]
Nangataka, nomeko ; nividy ihanao, nanaovako mora ; ka nitsirika ny ao am-bilany indray, ka inona kosa no mba ho an' ny zanako ? [Veyrières 1913 #4542]
Traduction française Quand vous avez demandé je vous ai donné, quand vous avez acheté je vous ai vendu à bon compte, et voici que vous regardez encore ce qu' il y a dans la marmite ; alors que restera-t-il pour mes enfants ? [Veyrières 1913 #4542]
Interprétation française Réponse aux gens trop exigeants. [Veyrières 1913 #4542]

Proverbe Rafotsibe maka voafotsy ka ny maso any Andringitra ihany. [Rinara 1974 #3507]
Rafotsibe nivaro-boafotsy : ny mividy tsy hita, fa ny maso Andringitra ihany. [Veyrières 1913 #1920, Cousins 1871]
Traduction française Marchande de voafotsy : elle ne voit pas les acheteurs, car ses yeux regardent la montagne Andringitra. [Veyrières 1913 #1920]
Interprétation française Elle est dans la lune ; le voafotsy est un arbuste avec les feuilles duquel on fait une boisson. [Veyrières 1913 #1920]

Proverbe Raha sarotin-doiloy aza mividy lohan-kisoa. [Houlder 1895 #2170]
Traduction française Si vous avez facilement des nausées, n' achetez pas une tête de porc. [Houlder 1895]

Proverbe Raha te-hihinam-boasary hianao, mankanesa any amin-dRainibako any Namehana; fa ny mangataka, omeny malazo ; ny mividy, ivarotany ny manta ; izy tom-pony homana ny masaka. [Veyrières 1913 #5407, Cousins 1871 #2715]
Raha te-hihinam-boasary hianao, mankanesa any amin-dRainibako eny Namehana, fa ny mpangataka omeny malazo, ny mividy ivarotany ny manta, fa izy tompony homana ny masaka. [Rinara 1974 #3661]
Traduction française Si vous voulez manger des oranges allez chez Rainibako à Namehana : à ceux qui demandent, il donne des oranges passées ; à ceux qui achètent, il donne des oranges vertes ; et lui le propriétaire, il mange des oranges mûres. [Veyrières 1913 #5407]
Interprétation française Prendre pour soi ce qu'il y a de meilleur. [Veyrières 1913 #5407]

Proverbe Raha vinanto tsy mividy ary tsy mitondra ka tsy mba mivimbina, dia fanam--bomanga kosa no anjarany. [Houlder 1895 #1853, Veyrières 1913 #1474]
Traduction française Si votre gendre n' achète rien et n' apporte rien, il ne mérite pour nourriture que des patates réchauffées. [Veyrières 1913 #1474]
Si vous avez un gendre qui n'achète rien et n'apporte rien, il ne mérite pas d'avoir autre chose que des patates réchauffées. [Houlder 1895]
Interprétation française On donne des patates réchauffées à ceux dont on veut se moquer. [Houlder 1895]

Proverbe Ratsy tarehy miantsena : mividy maraina dia lasa. [Veyrières 1913 #786, Rinara 1974 #3730, Cousins 1871 #2772]
Traduction française Femme laide qui va au marché : elle achète vite ses provisions de bon matin et elle se hâte de rentrer. [Veyrières 1913 #786]
Interprétation française Elle a honte. [Veyrières 1913 #786]

Proverbe Tsy mety raha sady tsy hanakalo no tsy hividy, nefa te-hanambe. [Rinara 1974 #4673]

Proverbe Vidy ombalahin-dRazakandrianaina: tsy mividy ny mahavoa, fa ny mahay miala. [Houlder 1895]
Vidy ombin-dRazakandrianiaina : tsy mifidy ny mahavoa, fa ny mahay miala. [Rinara 1974 #4949]
Traduction française Razakandrianaina achetant un taureau (de combat); il n' achète pas celui qui sait bien frapper, mais celui qui sait bien esquiver les coups. [Houlder 1895]

Proverbe Vinanto misorom-pihavanana rafozana, mividy hena matavy, manasa rafozana noho ny tany tsy lavitra, fa trano mifanolo-body rindrina. [Veyrières 1913 #1482]
Traduction française Gendre qui n' a pas trop d' affection pour ses beaux-parents : quand il achète de la viande grasse, il les invite parce qu' ils habitent tout près et que maison est contiguë à la sienne. [Veyrières 1913 #1482]
Interprétation française Se disait des gendres qui n' aimaient guère leurs beaux-parents, mais faisaient pour eux ce qu'ils étaient obligés de faire. [Veyrières 1913]

Index