Index

Proverbes : fantsakàna

Proverbe Aza manao tahon-katsaka am-body fahitra, ka izay miposaka mena somotra daholo. [Veyrières 1913 #1613, Houlder 1895]
Aza manao tahon-katsaka am-body fantsakana, ka izay miposaka mena somotra. [Rinara 1974 #42]
Traduction française Ne croyez pas que vous soyez comme des tiges de maïs poussant près d' un parc à boeufs : toutes celles qui poussent ont de beaux épis. [Veyrières 1913 #1613]
Ne croyez pas qu' il en soit de vous comme des tiges de maïs croissant près d' un parc à bœufs: toutes celles qui poussent ont de beaux épis. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe veut dire qu' il ne faut pas se croire soi-même riche ou instruit par le fait qu' on se trouve clans la compagnie de gens qui le sont. [Houlder 1895]
Tous les hommes ne sont pas également sages et vénérables. [Veyrières 1913 #1613]

Proverbe Aza manao tsiboboka am-body fantsakana : tavy no ilaina, ka kibo no hita. [Veyrières 1913 #4468, Cousins 1871 #532]
Tsiboboka am-body fantsakana : tavy no ilaina ka horakoraka no hita. [Rinara 1974 #4418]
Tsiboboka am-body fantsakana : tavy no ilaina, ka katso no hita. [Veyrières 1913 #4616, Cousins 1871 #3293]
Traduction française Ne faites pas comme le têtard qui vit au fond d' une source : il cherche de l' embonpoint et il ne trouve qu' un gonflement de ventre. [Veyrières 1913 #4468]
Têtards au bas d' une fontaine : ils cherchent de l' embonpoint et ils ne trouvent que pointe. [Veyrières 1913 #4616]
Interprétation française Allusion à la queue pointue du têtard. Se disait de la nourriture qui ne profite pas. [Veyrières 1913 #4616]
Se disait de la nourriture qui ne profite pas. [Veyrières 1913 #4468]

Proverbe Fantsakana, ka dia izay tonga aloha no manovo. [Veyrières 1913 #3198]
Traduction française Quand on va à la fontaine, ceux qui arrivent les premiers puisent avant les autres. [Veyrières 1913 #3198]
Interprétation française Se disait des partages faits sans préférence : les premiers arrivés sont servis les premiers. [Veyrières 1913 #3198]

Proverbe Izay manova fantsakana, vaky siny, ary ny manova fitàna lanin' ny mamba. [Rinara 1974 #1510]
Izay manova fantsakana, vaky siny ; izay manova fitàna, lanin' ny mamba. [Cousins 1871, Veyrières 1913, Nicol 1935]
Traduction française Changer de fontaine, c’est briser sa cruche ; changer de gué, c’est se livrer aux caïmans. [Nicol 1935 #25]
Changer de fontaine, c' est casser sa cruche ; changer de gué, c' est être dévoré par les caïmans. [Veyrières 1913 #322]
Interprétation française Malheur aux novateurs. [Veyrières 1913 #322]

Proverbe Vavahady no soa maro miditra, fantsakana no soa maro maka, fa ny lalam-bady tsy roa maro manana. [Rinara 1974]
Vavahady no soa maro miditra ; fantsakana no soa maro maka ; fa ny lalam-bady tsy roa trano manana. [Veyrières 1913 #1247, Cousins 1871 #3643]
Traduction française Il est bon pour la porte du village que beaucoup de personnes y entrent ; il est bon pour la fontaine que beaucoup de personnes y puisent ; mais pour ce qui est des lois du mariage, il n' y a pas deux maisons qui les possèdent. [Veyrières 1913 #1247]
Interprétation française Cela ne regarde que les époux. [Veyrières 1913 #1247]

Proverbes : fantsakana

Proverbe Aza manao tahon-katsaka am-body fahitra, ka izay miposaka mena somotra daholo. [Veyrières 1913 #1613, Houlder 1895]
Aza manao tahon-katsaka am-body fantsakana, ka izay miposaka mena somotra. [Rinara 1974 #42]
Traduction française Ne croyez pas que vous soyez comme des tiges de maïs poussant près d' un parc à boeufs : toutes celles qui poussent ont de beaux épis. [Veyrières 1913 #1613]
Ne croyez pas qu' il en soit de vous comme des tiges de maïs croissant près d' un parc à bœufs: toutes celles qui poussent ont de beaux épis. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe veut dire qu' il ne faut pas se croire soi-même riche ou instruit par le fait qu' on se trouve clans la compagnie de gens qui le sont. [Houlder 1895]
Tous les hommes ne sont pas également sages et vénérables. [Veyrières 1913 #1613]

Proverbe Aza manao tsiboboka am-body fantsakana : tavy no ilaina, ka kibo no hita. [Veyrières 1913 #4468, Cousins 1871 #532]
Tsiboboka am-body fantsakana : tavy no ilaina ka horakoraka no hita. [Rinara 1974 #4418]
Tsiboboka am-body fantsakana : tavy no ilaina, ka katso no hita. [Veyrières 1913 #4616, Cousins 1871 #3293]
Traduction française Ne faites pas comme le têtard qui vit au fond d' une source : il cherche de l' embonpoint et il ne trouve qu' un gonflement de ventre. [Veyrières 1913 #4468]
Têtards au bas d' une fontaine : ils cherchent de l' embonpoint et ils ne trouvent que pointe. [Veyrières 1913 #4616]
Interprétation française Allusion à la queue pointue du têtard. Se disait de la nourriture qui ne profite pas. [Veyrières 1913 #4616]
Se disait de la nourriture qui ne profite pas. [Veyrières 1913 #4468]

Proverbe Fantsakana, ka dia izay tonga aloha no manovo. [Veyrières 1913 #3198]
Traduction française Quand on va à la fontaine, ceux qui arrivent les premiers puisent avant les autres. [Veyrières 1913 #3198]
Interprétation française Se disait des partages faits sans préférence : les premiers arrivés sont servis les premiers. [Veyrières 1913 #3198]

Proverbe Izay manova fantsakana, vaky siny, ary ny manova fitàna lanin' ny mamba. [Rinara 1974 #1510]
Izay manova fantsakana, vaky siny ; izay manova fitàna, lanin' ny mamba. [Cousins 1871, Veyrières 1913, Nicol 1935]
Traduction française Changer de fontaine, c’est briser sa cruche ; changer de gué, c’est se livrer aux caïmans. [Nicol 1935 #25]
Changer de fontaine, c' est casser sa cruche ; changer de gué, c' est être dévoré par les caïmans. [Veyrières 1913 #322]
Interprétation française Malheur aux novateurs. [Veyrières 1913 #322]

Proverbe Vavahady no soa maro miditra, fantsakana no soa maro maka, fa ny lalam-bady tsy roa maro manana. [Rinara 1974]
Vavahady no soa maro miditra ; fantsakana no soa maro maka ; fa ny lalam-bady tsy roa trano manana. [Veyrières 1913 #1247, Cousins 1871 #3643]
Traduction française Il est bon pour la porte du village que beaucoup de personnes y entrent ; il est bon pour la fontaine que beaucoup de personnes y puisent ; mais pour ce qui est des lois du mariage, il n' y a pas deux maisons qui les possèdent. [Veyrières 1913 #1247]
Interprétation française Cela ne regarde que les époux. [Veyrières 1913 #1247]

Index