Citations : zanahary

Gueunier Noël J. : Les traductions de la Bible et l’évolution du malgache contemporain
2009/07
Pour traduire «Dieu», deux termes étaient disponibles. L’un, Zanahary, semble renvoyer à la notion de «Créateur». L’autre, Andriamanitra, est un composé dont le sens littéral est «Seigneur qui embaume, qui sent bon» (Dahl, 1992). Les deux pouvaient s’appliquer à la divinité suprême, mais aucun des deux n’était spécialement lié à l’idée de Dieu unique, et en particulier l’un et l’autre étaient employés pour invoquer les palladiums royaux de l’Imerina – ces objets sacrés que les missionnaires avaient identifiés à des «idoles». Entre les deux noms, les missionnaires protestants ont visiblement hésité puisque, dans leurs cantiques, ils ont souvent utilisé Zanahary. Mais dans la traduction de la Bible, ils ont employé seulement Andriamanitra. Le résultat a été qu’en malgache moderne s’est construit une opposition entre Andriamanitra, perçu aujourd’hui comme le mot «chrétien», et Zanahary qui tend à s’identifier aux conceptions tournant autour du culte des ancêtres. Les catholiques, qui dans les premiers temps avaient privilégié Zanahary, devaient rapidement «se convertir» eux aussi à Andriamanitra [ http://assr.revues.org/21385]