Index

Proverbes : zazahova

Proverbe Hovalahy tsy hendry, ka zazahova vao hiavo-tena. [Veyrières 1913 #487, Cousins 1871 #1104, Houlder 1895]
Hovalahy tsy hendry ka zazahova vao manavo-tena. [Rinara 1974 #97]
Traduction française Hova qui ne se conduit pas bien : c' est quand il est esclave qu' il songe à se racheter. [Veyrières 1913 #487]
Un Hova imprudent: il faut qu' il soit esclave (litt. enfant Hova), pour que la raison lui revienne. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe disait le manque de prévoyance ; les hommes libres pouvaient devenir esclaves pour dettes ou à cause de certains délits. [Veyrières 1913 #487]
Il s' agit d' un Hova qui ayant fait des dettes et n' ayant pu les payer, devient l' esclave de son créditeur. Ce proverbe était parfois employé par les esclaves contre les hommes libres, comme il y en avait d' autres employés par les hommes libres contre les esclaves. [Houlder 1895]

Proverbe Mangataka arahaba toa zaza-hova. [Houlder 1895 #1579, Cousins 1871 #1614]
Traduction française Implorer une salutation, comme un "enfant-Hova" . [Houlder 1895]
Interprétation française C' était un homme déchu de son titre d' homme libre, étant esclave pour dettes. [Houlder 1895]

Proverbe Mihambo ray, toa zazahova. [Rinara 1974 #2310, Cousins 1871 #1761, Houlder 1895]
Traduction française Se vanter de son père, comme un enfant Hova. [Houlder 1895]

Proverbe Very anevanevany hoatry ny zazahova. [Veyrières 1913 #604]
Very anevanevany, ohatrany zazahova. [Cousins 1871]
Very anevanevany, tahaka ny zazahova. [Rinara 1974 #4935]
Traduction française N' appartenir ni à un côté ni à l' autre, comme un homme libre devenu esclave. [Veyrières 1913 #604]
Interprétation française Se disait de ceux qui étaient entre deux partis. [Veyrières 1913 #604]

Proverbe Zazahova tsy enin' arahaba, ka mahatsiaro ny asa natao. [Rinara 1974 #5098, Houlder 1895]
Traduction française Un "enfant-Hova" qu' on ne salue pas se souvient des imprudences qu' il a commises. [Houlder 1895]

Proverbe Zazahova tsy enin’ arahaba : mahatsiaro ny raza-nihaviana. [Veyrières 1913 #605, Cousins 1871 #3784]
Traduction française Homme libre devenu esclave : lorsqu' on ne le salue pas, il se souvient de ses ancêtres. [Veyrières 1913 #605]
Interprétation française Se disait des gens ruinés, déchus. [Veyrières 1913 #605]

Index