Index

Proverbes : varavarana

Proverbe Amboabe miandry varavarana: tsy vitan-dranom-bary, fa notsipazan-taolana. [Veyrières 1913 #699, Cousins 1871 #132]
Amboabe miandry varavarana : tsy vitan' izay ranom-bary, fa notsipazan-taolana koa. [Rinara 1974 #20]
Traduction française Gros chien qui monte la garde à la porte : il ne se contente pas d' eau de riz, on lui jette des os. [Veyrières 1913 #699]
Interprétation française Se disait des exigences des grands, et aussi de celles des créanciers. [Veyrières 1913 #699]

Proverbe Andrasan' amboa ohatra ny varavaran' ny mpitrosa. [Rinara 1974 #216]
Andrasan' amboa varavaranany mpitrosa. [Cousins 1871 #200, Nicol 1935 #356]
Ny trosa no iandrasan' amboa varavarana. [Rinara 1974 #3331]
Traduction française Des chiens veillent à la porte des débiteurs. [Veyrières 1913 #4425]
La porte du débiteur est toujours gardée par un chien féroce. [Nicol 1935 #356]
Interprétation française C'est le jour qu'il faut frapper à la porte des débiteurs, car la nuit les chiens montent la garde. [Veyrières 1913 #4425]

Proverbe Angely ka samy maneno eo am-baravarany. [Rinara 1974 #261]
Angelilahy ka samy maneno am-baravarana. [Veyrières 1913 #3452]
Angely : samy maneno am-baravarany. [Cousins 1871 #232]
Traduction française Les grillons : chacun chante sur la porte. [Veyrières 1913 #3452]
Interprétation française Se disait des gens batailleurs qui cherchent avec qui engager une querelle, mais ne sont forts qu' en paroles. [Veyrières 1913 #3452]

Proverbe Aza atao fitia varavarana, tiana ihany fa atositosika. [Houlder 1895 #217]
Aza atao fitia varavarana : tiana ihany fa natositosika. [Rinara 1974 #388]
Aza atao fitia varavarana: tiana ihany, ka atosilosika. [Nicol 1935 #8]
Aza atao fitia varavarana : tiana ihany ka atositosika. [Veyrières 1913 #5071, Cousins 1871]
Fitia varavarana : tiana ihany fa atositosika. [Rinara 1974 #1183]
Traduction française N' aimez pas comme on aime une porte: on l' aime et pourtant on la pousse tantôt d' un côté tantôt de l' autre. [Houlder 1895]
Ne pas aimer comme on aime la porte : on la repousse sans cesse. [Nicol 1935 #8]
Que vos affections ne ressemblent pas à la porte : on aime bien la porte, mais on la pousse et repousse à chaque instant. [Veyrières 1913 #5071]
Interprétation française Se disait des liaisons rompues et reprises. [Veyrières 1913 #5071]

Proverbe Entam-panjozoro : bataina, tsy zakan’ irery ; aiditra, tsy omby varavarana; ataina, tsy mahaloaka alina. [Cousins 1871 #871, Nicol 1935]
Entam-panjozoro : batain-tsy zakan' ny irery ; aiditra, tsy omby varavarana ; ataina, tsy mahaloaka alina. [Veyrières 1913]
Entam-ponjozoro : bataina tsy zakan' ny irery, aiditra tsy omby varavarana, fa nony ataina indray alina monja. [Rinara 1974 #70]
Mivongovongo foana hoatry ny entam-panjozoro : batain-tsy zakan' ny irery ; aiditra, tsy omby varavarana ; ataina, tsy mahaloaka alina. [Veyrières 1913]
Mivongovongo foana toy ny anten-jozoro : entina tsy zakan' ny irery, aiditra tsy omby varavarana, ataina tsy mahaloaka alina. [Rinara 1974 #2528]
Mivongovonto foana, ohatra ohatra entam-panjozoro: entina, tsy zakan’ ny irery ; aiditra, tsy omby varavarana; ataina, tsy mahiloaka alina. [Cousins 1871]
Toy ny entan--jozoro: bataina, tsy zakan' ny irery; aiditra, tsy omby varavarana; ataina, tsy mahaloaka alina. [Houlder 1895]
Traduction française Comme un paquet de zozoro : un seul homme ne peut le transporter ; la porte d’une maison est trop petite pour le laisser passer; mais quand on le fait flamber, il ne suffit même pas pour une nuit. [Nicol 1935 #338]
Paquet de moelles de joncs : quand on veut le soulever, une seule personne n' arrive pas à le faire ; quand on veut l' introduire dans la maison, il ne peut pas passer par la porte ; mais quand on le brûle pour la cuisine, il ne suffit pas pour une nuit. [Veyrières 1913 #5897]
Pareil à une botte de souchets: on ne peut ni la porter seul, ni la faire entrer par la porte, et si on les brûle, il n' y en a pas assez pour durer toute la nuit. [Houlder 1895]
Interprétation française Beaucoup d' apparence, mais peu de réalité. [Veyrières 1913 #5897]

Proverbe Harongam-pohatra ny momba; milevin' ila fa tsy lo ny miteraka, andrasan' amboa varavarana ny amboalambo, ary mandry be tsy matory ny mpitrosa. [Rinara 1974]
Harongam-pohatra ny momba; milevin' ila tsy lo ny miteraka. [Veyrières 1913 #912]
Harongam-pohatra ny momba ; milevin' ila tsy lo ny miteraka ; andrasan' amboa varavaranany amboalambo ; mandry be tsy matory ny mpitrosa. [Cousins 1871 #1037]
Traduction française La femme stérile est comme un arbre haronga arraché ; la femme qui a enfanté peut avoir sa moitié enfouie sans être pourrie. [Veyrières 1913 #912]
Interprétation française Ce proverbe dit la tristesse de la stérilité et le bonheur de la maternité ; il fait allusion au placenta que le père va enfouir au sud de la maison, après la naissance de l' enfant. [Veyrières 1913 #912]

Proverbe Mamoha varavarana. [Veyrières 1913 #1203]
Traduction française Ouvrir la porte pour faire entrer les parents du jeune homme qui demande une jeune fille en mariage. [Veyrières 1913 #1203]

Proverbe Ny teny ratsy fotaka am-baravarana, ka samy manilika ny eo anatrehany. [Houlder 1895 #546]
Ny teny ratsy fotaka eo am-baravarana, ka samy manilika ny eo anatrehany. [Cousins 1871 #2446]
Ny teny ratsy toy ny fotaka eo am-baravarana, ka samy manilika ny eo am-baravarany. [Rinara 1974 #3285]
Traduction française Les mauvaises paroles sont comme de la boue devant la porte, et chacun pousse de côté celle qui est devant lui. [Houlder 1895]

Proverbe Ny varavarana anton' ny trano, ny vavahady anton' ny vohitra ary ny kiady anton' ny saha. [Rinara 1974 #3358]
Ny varavarana no anton' ny trano, ny vavahady no anton' ny vohitra, ny kiady no anton' ny saha. [Veyrières 1913 #242, Nicol 1935 #17, Houlder 1895]
Traduction française La porte est la protection de la maison, le portail celle de la ville et de son fossé, le poteau de défense celle de la campagne plantée d' arbres. [Veyrières 1913 #242]
La porte garde la maison ; l’entrée du fossé garde le village; la borne rustique garde le champ. [Nicol 1935 #17]
Sans portes il n' y a pas de vraie maison; sans portail, il n' y a pas de village; sans perche (de défense) il n' y a pas de champ. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe se disait à l' honneur du souverain, des seigneurs et des chefs de famille, représentés par ces comparaisons ; il signifiait aussi que chacun a son protecteur et son guide. [Veyrières 1913 #242]
Pour prendre possession d' un terrain, on y plante une perche avec une poignée d' herbe au bout, et c' est ce qu' on appelle un "kiady"; le "kiady", dans un champ ou sur un chemin, marque aussi une défense, et par extension, ce mot signifie: protecteur, bouclier, sauvegarde. [Houlder 1895]

Proverbe Ny varavarana tsy afaka ka ny rindrina hindahana. [Samson 1965 #N18]

Proverbe Potraka am-baravarana toa mpamosavy. [Houlder 1895 #44, Veyrières 1913 #170]
Traduction française Tomber devant la porte comme un sorcier. [Houlder 1895 #44]
Tomber devant la porte de la maison comme un sorcier. [Veyrières 1913 #170]

Proverbe Raha hianao no miteny : hetsika Andriananahary, fa raha olona kosa no miteny : tangena ambony varavarana. [Rinara 1974 #3570]
Raha hianao no miteny: Hetsika Andriananahary; fa raha olona: Tangena ambony varavarana. [Cousins 1871]
Raha ny tianao no hatao, hetsika Andriamanitra ; fa raha ho an' olona, tangena ambonin' ny varavarana. [Veyrières 1913 #856]
Raha ny tianao no hatao, hetsika Andriananahary; fa raha ho an' olona, tangena ambonin' ny varavarana. [Houlder 1895 #78]
Traduction française Pour accomplir vos désirs Dieu se remue ; mais quand il s' agit d'un autre, le tanguin est au-dessus de la porte. [Veyrières 1913]
Pour accomplir votre désir à vous, vous pensez que Dieu se remuera; mais pour un autre, le tanguin (poison) est au-dessus de la porte. [Houlder 1895]

Proverbe Tain' angely, ka samy manilika ny am-baravarany. [Houlder 1895 #2225]
Tain' angely ka samy manilika ny eo am-baravarany. [Rinara 1974 #3992, Rajemisa 1985]
Tain’ angely : samy manilika ny am-baravarany. [Cousins 1871 #2973, Veyrières 1913]
Interprétation malgache Enti-milaza fa tsy maintsy samy manala ny misakantsakana ny fiainany, na manao ny adidiny tandrify ny tenany. [Rajemisa 1985]
Traduction française Crottes de grillons : chacun rejette ce qui est devant sa porte. [Veyrières 1913]
Des déjections de grillons: chacun pousse de côté celles qui sont devant sa porte (c.à.d. son trou). [Houlder 1895]
Interprétation française A chacun Je s' occuper de sa réputation. [Veyrières 1913 #2977]
Chacun a ses responsabilités propres. [Houlder 1895]

Proverbe Taloha ny varavaranano andahiny, fa ankehitriny no an-tsavily. [Houlder 1895]
Traduction française Autrefois les portes tournaient sur des tenons, mais maintenant elles tournent sur des charnières. [Houlder 1895]
Interprétation française Les choses changent. Mais nous avons encore trouvé, dans un endroit reculé, des portes qui portaient des tenons, dont l'un tournait dans un trou pratiqué dans le seuil, et l'autre dans un trou du linteau. [Houlder 1895]

Proverbe Tanimbarin--dRalaikamo : rano fotsy mangeniheny, tsiparifary mandifotra olona. [Veyrières 1913 #3975]
Tanimbarin' ilay kamo, ka rano fotsy mangeniheny. [Veyrières 1913 #3974]
Tanimbarin’ ilay kamo : rano fotsy, mangeningenina ; harefo, mahadifotra olona. [Cousins 1871 #3010]
Tanimbarin' ilay kamo: rano fotsy mangeningenina; harefo mandifotra olona. [Houlder 1895]
Tanimbarin' ilay kamo : rano fotsy no mangeniheny, vohitr' ilay malaina : fandrodahy am-baravarana ihany. [Rinara 1974 #261]
Traduction française La rizière d' un paresseux: elle est couverte d' eau stagnante, et de joncs plus hauts qu' un homme. [Houlder 1895]
Visitez la rizière du paresseux : c' est un marécage. [Veyrières 1913 #3974]
Visitez la rizière du paresseux : elle est devenue un marais et les joncs ont la hauteur d' un homme. [Veyrières 1913 #3975]

Proverbe Tiako tahaky ny varavarana hianao, tiana ihany ka atosika. [Veyrières 1913 #5140]
Traduction française Je vous aime comme la porte : on aime la porte, et pourtant on la pousse sans cesse. [Veyrières 1913 #5140]
Interprétation française Réponse de l'homme à la femme qui lui reproche de ne pas l' aimer. [Veyrières 1913 #5140]

Proverbe Tsy mety ny fotsy varavarana. [Veyrières 1913 #1344]
Traduction française Il ne convient pas qu'un mari ait une femme qui passe toute sa journée dehors. [Veyrières 1913 #1344]

Index