Index

Proverbes : miandry

Proverbe Akangalahy miditra ala : miandry ny oran-kisava, vao tratry ny ora-mikija. [Rinara 1974]
Akangalahy miditra ny ala : miandry ny oran-kisava, ka tratry ny ora-mikija. [Veyrières 1913 #4263, Cousins 1871 #34]
Traduction française Pintade qui entre sous bois : elle veut attendre que l' orage passe, et elle est surprise par une pluie qui tombe sans discontinuer. [Veyrières 1913 #4263]
Interprétation française Se disait d' un filou ou autre personne se croyant en sûreté. [Veyrières 1913 #4263]

Proverbe Aleo andrasan' olona, toy izay miandry olona. [Rinara 1974 #109]

Proverbe Amboabe miandry varavarana: tsy vitan-dranom-bary, fa notsipazan-taolana. [Veyrières 1913 #699, Cousins 1871 #132]
Amboabe miandry varavarana : tsy vitan' izay ranom-bary, fa notsipazan-taolana koa. [Rinara 1974 #20]
Traduction française Gros chien qui monte la garde à la porte : il ne se contente pas d' eau de riz, on lui jette des os. [Veyrières 1913 #699]
Interprétation française Se disait des exigences des grands, et aussi de celles des créanciers. [Veyrières 1913 #699]

Proverbe Amboalahy miandry embok' akondro: andrasana tsy latsaka, ilaozana toa hena. [Rajemisa 1985 #62, Abinal 1888]
Amboa niandry embok' akondro : ilaozan-toa hena, andrasan-tsy latsaka. [Rinara 1974 #19]
Toy ny alika miandry embok' akondro: andrasana, tsy latsaka: ilaozana, toa hena. [Houlder 1895 #948]
Toy ny amboa miandry embok' akondro : andrasan-tsy latsaka, ilaozana toa hena. [Rinara 1974 #4259]
Toy ny amboa miandry embok’ akondro : an-drasan-tsy latsaka, ilaozan-toa hena. [Cousins 1871 #3179]
Interprétation malgache Enti-milaza olona manantena na nampanantenaina zavatra betsaka, nefa diso fanantenana. [Rajemisa 1985 #62]
Traduction française Pareil à un chien qui attend un bouquet de bananier: ce qu' il espère avoir ne tombe pas, et s' il s' en va il lui semble perdre un morceau de viande. [Houlder 1895]
Quand un chien regarde le bouquet du bananier, il attend, mais en vain, qu’il tombe; s'il s'en va, c'est à regret pensant que c’est de la viande. [Abinal 1888]
Interprétation française Le bouquet du bananier, c. à. d. la grande fleur composée d' où sortiront les bananes, est rouge, et peut ressembler vaguement à un morceau de viande. [Houlder 1895]
Souvent celui à qui on fait de belles promesses est déçu dans ses espérancos. [Abinal 1888]

Proverbe Andevolahy miandry lapa : miambin-draha tsy an-tena. [Samson 1965 #A65]

Proverbe Andranobe very laona ka miandry izay hingadonany. [Veyrières 1913 #1871, Cousins 1871 #199, Rinara 1974]
Rafotsibe very laona ka miandry izay hingadonany. [Rinara 1974]
Rafotsibe very laona : tsy mahavezivezy fa miandry izay ingadonany. [Rinara 1974 #230]
Randranobe very laona: miandry izay hingadonany. [Cousins 1871 #2740]
Randranobe very laona, tsy mitady fa mampandry sofina. [Rinara 1974 #240]
Traduction française Femme qui a perdu son mortier à piler le riz : elle attend pour le recouvrer qu' on fasse du bruit en s' en servant. [Veyrières 1913 #1871]
Interprétation française Se disait des gens qui se croient rusés et qui sont peu actifs. [Veyrières 1913 #1871]

Proverbe Andry ondrin' Ikotokely, ka ny maty no ananam-be. [Rinara 1974 #250]
Ikotokely miandry ondry ka ny maty no ananam-be. [Rinara 1974 #1394]
Ikotokely miandry ondry, ka ny maty no ananany. [Houlder 1895 #1445, Veyrières 1913 #554]
Ikotokely miandry ondry: ny maty no ananany. [Cousins 1871 #1109]
Traduction française Ikotokely est gardien de brebis : quand une brebis meurt, c' est alors qu' il a une grande part. [Veyrières 1913 #554]
Le petit gamin gardant des moutons: c' est de ceux qui ont péri seulement qu' il lui revient quelque chose. [Houlder 1895]
Interprétation française Il n' a encore aucun salaire, mais lorsqu' un animal périt par accident, il attrape un morceau de viande. [Houlder 1895]
Se disait des esclaves appartenant à des maîtres exigeants et cruels ; ils se réjouissaient des pertes de leurs maîtres, car ils pouvaient manger les bêtes qui mouraient ; on appliquait ce proverbe à tous ceux qui profitaient des pertes des autres. [Veyrières 1913 #554]

Proverbe Aza dia miandry teza ho potraka (lavo). [Houlder 1895 #939]
Traduction française N' attendez pas que le bois dur tombe de lui-même. [Houlder 1895]
Interprétation française C. à. d. N' attendez pas que les choses se fassent d' elles-mêmes. [Houlder 1895]

Proverbe Aza miandry vava latsaka. [Veyrières 1913 #4737]
Traduction française N' épiez pas une parole échappée à quelqu' un, pour lui nuire. [Veyrières 1913 #4737]

Proverbe Fana-saonjon--dRangahy, ka ny miandry noana. [Veyrières 1913 #1811, Cousins 1871 #917]
Fana-saonjon' Ingahy ka ny miandry noana. [Rinara 1974 #1091]
Traduction française Faire chauffer des tubercules de gouet à la manière des vieux : ceux qui attendent finissent par être las d' attendre. [Veyrières 1913 #1811]
Interprétation française Les vieux ne savent plus faire un bon feu ni l'entretenir ; ce proverbe se disait de la lenteur, des longues attentes. [Veyrières 1913 #1811]

Proverbe Hitoto vary, somorina ; hiandry omby, olon-dehibe. [Veyrières 1913 #2496]
Traduction française Les gens riches, quand ils sont déchus, sont obligés à l' âge mûr de piler le riz ; devenus vieux, ils gardent les boeufs. [Veyrières 1913]
Interprétation française On disait ces paroles aux enfants pour les admonester. [Veyrières 1913 #2496]

Proverbe Hoatry ny mpiara-dia samy miavona izy roa, ka ny aloha tsy manao hoe haingana, ary ny aoriana kosa tsy manao hoe andraso. [Veyrières 1913 #4008]
Miara-dia samy miavona ka ny eo aloha tsy miandry, ny eo aoriana tsy miantso. [Rinara 1974]
Mpiara-dia roa samy miavona : ny aloha tsy manao " haingana " , ny aoriana tsy manao " andraso " . [Veyrières 1913 #6012]
Traduction française Ce sont deux orgueilleux qui voyagent ensemble : celui qui est devant ne dit pas à l' autre de marcher plus vite, et celui-ci ne lui dit pas de l'attendre. [Veyrières 1913 #6012]
Ils sont comme deux voyageurs orgueilleux : celui qui est devant, ne dit pas à l' autre d' aller plus vite ; celui qui est derrière, ne dit pas de l' attendre. [Veyrières 1913 #4008]
Interprétation française Se disait des gens, surtout des époux qui allaient chacun de leur côté, sans entente. [Veyrières 1913 #4008]

Proverbe Ikotokely miandry ondry. [Veyrières 1913]
Traduction française C' est comme Ikotokely qui garde les brebis : il n' en est pas le maître. [Veyrières 1913 #3402]
Interprétation française L'intendant et le gardien ont le soin d' une chose, mais n'en sont pas les maîtres. [Veyrières 1913 #3402]

Proverbe Ikotokely miandry ondry : raha tsaratsara ny sakafo, dia sady maka kitay no miandry ondry, fa raha ratsiratsy ny sakafo, ny ondry aza ahina ho very. [Rinara 1974 #1395]
Ikotokely miandry ondry : raha tsaratsara sakafo, dia sady maka kitay no miandry ondry ; ary raha ratsiratsy sakafo, ny ondry aza no ahina ho very. [Veyrières 1913 #555, Cousins 1871 #1110]
Traduction française Ikotokely est gardien de brebis : si on lui donne un bon repas, non seulement il garde les brebis, mais il ramasse la provision de paille à brûler ; mais quand il mange mal, il ne peut même pas garder les brebis. [Veyrières 1913 #555]
Interprétation française Se disait des maîtres avares et cruels qui donnaient à leurs esclaves une nourriture insuffisante ; sens général : pour bien travailler, il faut être bien traité. [Veyrières 1913 #555]

Proverbe Ilay osa niandry vary, ka rehefa tsy maharo, dia hoe : Hanombo va izay lasany ? [Cousins 1871 #1127]
Ilay osa niandry vary, ka rehefa tsy naharo dia hoe : hanombo ve izay lasany? [Rinara 1974 #1418]

Proverbe Mamba miandry. [Veyrières 1913 #6760]
Mamba miandry fitàna. [Veyrières 1913]
Traduction française Caïman au guet. [Veyrières 1913 #6760]
Un homme adonné à la chicane c' est comme un caïman qui attend au gué une occasion. [Veyrières 1913 #3346]
Interprétation française La même expression se disait en général de ceux qui épient une occasion. [Veyrières 1913 #3346]
Se disait de quelqu' un qui épie et attend une occasion. [Veyrières 1913 #6760]

Proverbe Mamba miandry fitàna : izay mirotsaka ao aminy, na tsy maty aza, tsy maintsy harahim-pahoriana. [Cousins 1871, Veyrières 1913]
Mamba miandry fitàna : izay mirotsaka ao aminy, na tsy maty aza tsy maintsy mitondra fahoriana. [Rinara 1974]
Traduction française Caïman qui attend au gué : tous ceux qui descendent dans l' eau, lors même qu' ils ne meurent pas, trouvent malheur. [Veyrières 1913 #3347]
Interprétation française Se disait des gens adonnés à la chicane, et des exploiteurs. [Veyrières 1913 #3347]

Proverbe Mamba noana, mamba miandry. [Veyrières 1913 #717]
Traduction française Caïman affamé toujours aux aguets, caïman qui attend une occasion. [Veyrières 1913 #717]

Proverbe Mamoaka omby zato, miandry omby arivo, ka ny mania no betsaka. [Rinara 1974 #1952]
Mamoaka omby zato, miandry omby arivo, ka tsy ilaozan’ izay hafa soratra. [Veyrières 1913 #2201, Cousins 1871]
Mamoaka omby zato, miandry omby arivo : ny mania no be noho ny tonga ; mitari-drano an-kilahila : ny mitobaka no be noho ny mizotra. [Veyrières 1913 #3349, Cousins 1871 #1478]
Mamoaka omby zato, miandry ondry arivo: ny mania no be noho ny tonga. [Houlder 1895 #1206]
Miandry ondry zato, miambina omby arivo, ka tsy ilaozan' izay mania. [Houlder 1895 #149, Veyrières 1913 #1656]
Miandry ondry zato, miandry omby arivo, ka tsy ilazaon' izay hania. [Rinara 1974 #146]
Traduction française Conduire cent bœufs, faire paître mille moutons: ceux qui errent à droite et à gauche sont plus nombreux que ceux qui arrivent tout droit. [Houlder 1895]
Garder cent moutons, faire paître mille boeufs, il y en a toujours qui s' égarent. [Veyrières 1913 #1656]
Quand on fait sortir du parc cent boeufs, quand on fait paître mille boeufs, dans un tel nombre il ne manquera pas de boeufs de couleurs diverses. [Veyrières 1913]
Quand on fait sortir du parc cent boeufs, quand on garde mille boeufs, ceux qui s' égarent sont plus nombreux que ceux qui rentrent; quand on canalise l' eau pour la conduire sur le versant d' une colline, il s' en perd plus qu' il n' en arrive par la conduite. [Veyrières 1913]
Quand on garde cent moutons et qu' on fait paître mille bœufs, il y en a toujours qui s' égarent. [Houlder 1895]
Interprétation française Ce proverbe se disait de la variété qui est inévitable ; autre sens : il est impossible qu' il n'y ait pas des méchants. [Veyrières 1913 #2201]
Ce proverbe s' emploie en parlant d' un travail ou d' une affaire difficiles. [Houlder 1895]
Se disait des biens qui se perdent en route, dans un procès, ou autrement. [Veyrières 1913 #3349]

Proverbe Manao andevolahy miandry faty : ny hena no andrasany eo, tsy mba ny faty no andrasana. [Veyrières 1913 #563]
Traduction française Faire comme l' esclave qui veille un mort : ce n' est pas le mort qu' il veille, mais le morceau de viande qui lui reviendra du boeuf tué à l' occasion des funérailles. [Veyrières 1913]
Interprétation française Se disait de ceux qui agissent par intérêt. [Veyrières 1913 #563]

Proverbe Manaraka am-bokony, tahaka ny vavy antitra miandry ombilahy. [Cousins 1871 #1564]
Manaraka am-bokony toa an--dRafotsibe miandry ombalahy. [Rinara 1974 #2030]
Rafotsibe miandry ombalahy ka manaraka ambokony. [Veyrières 1913 #1903]
Rafotsibe miandry ombilahy, ka manaraka am-bokony. [Houlder 1895]
Traduction française La vieille femme gardant un taureau: elle le suit docilement! [Houlder 1895 #1961]
Vieille qui garde un taureau : elle n'est pas maîtresse de ses mouvements, mais entraînée par le taureau elle va forcément où il va. [Veyrières 1913 #1903]
Interprétation française Se disait des gens qui suivaient les autres aveuglément par crainte ou par respect humain ; il se disait du peuple imitant les chefs. [Veyrières 1913 #1903]

Proverbe Maty foana, hoatry ny mamelon-jaza boka : miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala rantsana. [Veyrières 1913]
Maty foana, ohatra ny mamelon-jaza boka miandry izay hahalehibiazany, kanjo nilaozany nanala-rantsana. [Cousins 1871]
Maty foana ohatra ny mitaiza zaza boka : miandry izay hahalehibeazany kanjo nilaozany nanala rantsana. [Rinara 1974]
Traduction française Peiner pour rien, comme celui qui élève un enfant lépreux : on attend qu' il grandisse et il est en train de perdre ses doigts. [Veyrières 1913 #2010]
Interprétation française Se disait de ceux qui travaillent en pure perte. [Veyrières 1913 #2010]

Proverbe Miandry mahazo ohatra ny vovo. [Rajemisa 1985]
Ny vovo no miandry mahazo : ao ny be siasia. [Rinara 1974 #3374]
Interprétation malgache Entina ilazana izay rehetra tsy mba manenjika nefa mahazo ihany. [Rajemisa 1985]

Proverbe Miandry teza ho lavo. [Veyrières 1913 #3354, Rajemisa 1985]
Tsy mety raha dia miandry teza ho lavo. [Rinara 1974 #4589, Cousins 1871 #3408]
Tsy mety raha miandry teza ho lavo, na mirary harena ho lovana. [Rinara 1974 #4639]
Interprétation malgache Enti-milaza ny fiandrasana ny tompon-javatra iray – na vavolombelona – ho faty vao manaraka an' io zavatra io. [Rajemisa 1985]
Traduction française Attendre que ceux qui se tenaient debout, tombent. [Veyrières 1913 #3354]
Interprétation française Cette expression se disait de ceux qui laissent disparaître les témoins pour faire plus tard d'injustes réclamations. [Veyrières 1913 #3354]

Proverbe Mpandova angaha aho no hiandry ny farany? [Rinara 1974]

Proverbe Ny maty tsy mandry ama-nenina. [Houlder 1895 #2124, Rinara 1974 #3139]
Ny maty tsy miandry ama-nenina. [Veyrières 1913 #6426, Cousins 1871 #2344]
Traduction française Il faut enterrer quelqu' un de façon à ne pas en avoir de regrets. [Houlder 1895]
Les morts n' attendent pas avec amertume. [Veyrières 1913 #6426]
Interprétation française C. à. d. il faut le faire aussi convenablement que possible et selon son rang. [Houlder 1895]
Ils sont en repos. [Veyrières 1913 #6426]

Proverbe Ny maty tsy miandry manenona. [Houlder 1895 #2125, Veyrières 1913 #2905]
Traduction française Les morts n' attendent pas qu' on ait fini de tisser le linceul. [Veyrières 1913 #2905]
Un mort ne peut pas attendre qu' on ait fini de tisser (son linceul). [Houlder 1895 #2125]

Proverbe Ny mazoto no nambinina ka ny kamo avy koa no milaza ho miandry lahatra. [Rinara 1974 #3141]

Proverbe Ombilahy miady amoron-kady, ka samy miandry ny loza hihatra. [Rinara 1974 #3414]
Ombilahy miady amoron-kady: samy miandry ny loza hihatra. [Cousins 1871 #2558]

Proverbe Raha soasoa no ataon-drahavana, dia tsiriry miandry farihy izahay, fa raha ratsiratsy no ataon-drahavana, manifi-drano izahay dia lasa. [Rinara 1974 #3656]

Proverbe Salasala toa mpantsaka tratr' orana : miadana, toa miandry loza ; mihazakazaka, toa maninana ny lanitra. [Veyrières 1913 #791]
Salasala toy ny mpantsaka tratr' orana: miadana, toa miandry ny loza; mihazakazaka, toa maninana ny lanitra. [Houlder 1895 #988]
Salasala toy ny olona mantsaka tratr' orana : mandeha mora toa miandry loza, mihazakazaka toa maninana ny lanitra. [Rinara 1974 #3819]
Salasala, toy ny olona mantsaka tratr’ orana: miadana, toa miandry loza ; mihazakazaka, toa maninana ny lanitra. [Cousins 1871 #2851]
Traduction française Indécis comme le porteur d' eau surpris par la pluie : s' il va lentement, il s' expose au malheur ; s' il court, il a l' air de rivaliser avec le ciel. [Veyrières 1913 #791]
Qui ne sait trop que faire comme un porteur d' eau atteint par la pluie; s' il continue à marcher lentement, il semble attendre le malheur; mais s' il se met à courir, il paraît vouloir rivaliser avec le ciel. [Houlder 1895]
Interprétation française Se disait des gens qui étaient chez les seigneurs ou les chefs et ne savaient comment faire pour les contenter ; et aussi des gens perplexes qui ne savent comment faire parce qu'ils ont toujours tort. [Veyrières 1913 #791]

Proverbe Tanora miandry lova, ka ny mihary no faingana. [Veyrières 1913 #3183]
Traduction française Jeune homme qui attend un héritage : il aurait plus vite fait d' amasser lui-même, car l' héritage est loin et incertain. [Veyrières 1913 #3183]

Proverbe Toy ny andevolahy miandry faty : izay mahery vava ihany no amboninjato. [Veyrières 1913 #593, Cousins 1871]
Toy ny andevolahy miandry faty, ka izay mahery vava no lohany. [Houlder 1895]
Toy ny ankizilahy miandry faty, ka izay be vava no lohany. [Rinara 1974 #4262]
Traduction française Esclaves qui veillent un mort : le plus fort en bouche est centenier. [Veyrières 1913 #593]
Semblables aux esclaves veillant un mort: c' est celui qui parle le plus qui est considéré comme chef. [Houlder 1895]
Interprétation française Les braillards l'emportent. [Veyrières 1913 #593]
Parce que chez les esclaves il n' y avait ni organisation ni hiérarchie. [Houlder 1895]

Proverbe Tolo-kena alina : vintana no andrasana. [Veyrières 1913 #3217]
Tolo-kena maty alina : vintana no andrasana. [Cousins 1871 #3112]
Tolo-kena maty jiro, ka miandry izay anjara vintana. [Veyrières 1913 #3218]
Tolo-kena maty jiro, ka vintana no andrasana. [Houlder 1895 #90, Rinara 1974, Rajemisa 1985]
Tolo-kena maty jiro : vintana no andrasana. [Cousins 1871 #3112]
Interprétation malgache Enti-milaza ny toe-javatra izay ny anjara tokana ihany no mety hahazoana na tsy hahazoana. [Rajemisa 1985]
Traduction française Dans une distribution de viande faite une fois que la lampe est éteinte, on attend la chance. [Houlder 1895]
Lorsque les portions de viande sont faites et distribuées dans la nuit, il faut s' en rapporter au hasard. [Veyrières 1913 #3217]
Lorsque les portions de viande sont faites et distribuées dans l' obscurité, c' est le hasard qui sert. [Veyrières 1913 #3218]
Interprétation française Se disait des partages faits sans aucun privilège. [Veyrières 1913 #3218]
Se disait des partages faits sans privilège. [Veyrières 1913 #3217]

Proverbe Tsabo mararin' Antoby, ka ny marary indray no miandry sotro. [Rinara 1974 #4393, Houlder 1895]
Tsabo-mararin’ Antoby: ny marary indray no miandry sotro. [Cousins 1871 #3274]
Traduction française Les malades soignés à Antoby: ce sont eux qui doivent attendre leur tour de saisir la cuiller (pour manger). [Houlder 1895]
Interprétation française Il n' y a pas assez de cuillers pour tous (malades et bien portants) et ce sont les malades qui doivent attendre. [Houlder 1895]

Proverbe Tsy kofehy no nafehy trano, fa zaza no miandry trano, ka ny miditra hitany, ary ny mivoaka hitany. [Veyrières 1913 #1007, Cousins 1871 #3359]
Tsy kofehy no nafehy trano, fa zaza no miandry trano, ka ny miditra hitany, ny mivoaka hitany. [Rinara 1974]
Traduction française Ce n' est pas une corde qui sert à fermer la maison, mais c' est un enfant qui garde la case : ce qui entre il le voit, ce qui sort il le voit. [Veyrières 1913 #1007]
Interprétation française C'était me grande pensée malgache que l' enfant consolidait le foyer et rendait plus stable l'union des parents ; on employait aussi ce proverbe pour dire qu'on savait tout ce qui s' était passé. [Veyrières 1913]

Proverbe Tsy mety raha tsy miandry ny rariny, nefa milaza ho mpandefitra. [Rinara 1974 #4686]

Proverbe Tsy miandry omby lavitra ny tanàna, tsy milalao lavitra ny vohitra. [Cousins 1871 #3503]
Tsy miandry omby lavitry ny tanàna, tsy milalao lavitry ny vohitra. [Rinara 1974]

Proverbe Tsy sasa-poana akory ny katsaka ela nihantonana fa niandry vanin-taona haniriana. [Rajemisa 1985]
Tsy sasa-poana tahaka ny katsaka ela nihantonana, fa miandry ny vanin-taona haniriana. [Rinara 1974 #4789]
Tsy sasa-poana, tahaka ny katsaka ela nihantonana, fa niandry vanin-taona haniriana. [Cousins 1871]
Interprétation malgache Ilazana ny olona nahita voka-tsara amin' ny fiandrasana ela fa tsy mba maimaika nanao zavatra tsy amin' ny fotoanany. [Rajemisa 1985]

Proverbe Vady tsy vita fisaorana : hanao haody menatra, hiandry ny mandrosoa toa tsy hisy. [Rinara 1974 #319]

Proverbe Zarazarao ny raharaha : ny tapa-tanana miandry ondry, ny tapa-tongotra mitoto vary. [Cousins 1871 #3765, Nicol 1935 #24, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Traduction française Division du travail : le manchot garde les brebis, l’éclopé va piler le riz. [Nicol 1935 #24]
Qu' on distribue les travaux : que les manchots gardent les moutons et les culs-de-jatte pilent du riz. [Veyrières 1913 #870]
Interprétation française Chacun doit s' employer suivant ses aptitudes. [Veyrières 1913 #870]

Index