Index

Proverbes : mamosavy

Proverbe Alahasaty angaha no vintana, ka mamosavy. [Veyrières 1913 #63]
Traduction française Cet enfant est sans doute né sous le mauvais destin d' Alahasaty : il est sorcier. [Veyrières 1913]
Interprétation française Alahasaty était le nom de la cinquième lune de l' année malgache et le nom d'un destin ; les gens qui avaient la réputation d' être sorciers étaient méprisés et redoutés. [Veyrières 1913]

Proverbe Andevolahy mamono tompo mangina : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [Veyrières 1913 #512, Cousins 1871]
Andevolahy mamosavy tompo : voky hena indray alina, fa hiongo-belona herintaona. [, , Cousins 1871]
Andevolahy namosavy tompo: hena indray manokona ka tapa-taona niongo-bolo ihany. [Houlder 1895 #2311]
Traduction française Esclave qui jette un sort à son maître pour le faire mourir, ou bien le tue en cachette : il sera repu de viande une nuit, mais il lui faudra faire le deuil pendant toute une année. [Veyrières 1913 #512]
Interprétation française Pour une satisfaction d' un moment, il ne faut pas s'exposer à une longue peine. [Veyrières 1913 #512]

Proverbe Aza mamosavy nono, fa mandoro tratra. [Veyrières 1913 #903, Rinara 1974 #476, Cousins 1871 #402]
Traduction française Ne mettez pas quelque chose d' amer à votre sein pour empêcher l' enfant de téter, car c' est vous qui aurez des démangeaisons à la poitrine. [Veyrières 1913 #903]
Interprétation française Souvent ce qu' on veut faire aux autres, retombe sur soi-même. [Veyrières 1913]

Proverbe Fatra-piahiahy, mamosavy; fatra-pifehy trano, fangalarina. [Rinara 1974 #1135, Cousins 1871 #944]
Fatra-piahy mamosavy; fatra-pifehy trano fangalarina. [Houlder 1895 #40]
Fatra-pifehy trano. [Rajemisa 1985]
Fatra-pifehy trano, fangalarina ; ary fatra-piahiahy olona, mamosavy. [Veyrières 1913 #4287]
Izay fatra-piahiahy mpamosavy. [Veyrières 1913 #148, Rajemisa 1985]
Ny fatra-pifehy trano indray no atao ho mamosavy. [Veyrières 1913 #168]
Interprétation malgache Izay miahiahy fatratra olona ho mpamosavy no mpamosavy. [Rajemisa 1985]
Mihevitra ny olona rehetra ho mpangalatra. [Rajemisa 1985]
Traduction française Celui qui ferme trop bien sa porte passe pour sorcier. [Veyrières 1913 #168]
Celui qui soupçonne trop les autres est sorcier lui-même. [Veyrières 1913 #148]
Si vous êtes trop soupçonneux (ou inquiet), on vous prendra pour un sorcier; si vous fermez trop bien votre maison, vous passerez pour un voleur. [Houlder 1895 #40]
Un voleur de profession excelle à barricader sa maison, et un sorcier à se défier d' autrui. [Veyrières 1913 #4287]
Interprétation française On n'est jamais tranquille quand on a quelque chose sur le coeur. [Veyrières 1913]
Se disait des gens qui se défiaient à outrance. [Veyrières 1913 #168]
Se disait des gens qui sont soupçonneux à outrance, et desquels on devrait se méfier ; car s' ils soupçonnent ainsi, c' est qu' il s'y connaissent. [Veyrières 1913 #4287]

Proverbe Hovalahy mamosavy andevolahy, ka misolo ny entan-kitainy. [Houlder 1895 #1582, Veyrières 1913 #492]
Traduction française Un Hova jetant un sort (et par là tuant) un esclave, doit ensuite porter sa charge de bois. [Houlder 1895]
Interprétation française Hova qui jette un sort sur un esclave et le tue : c' est à lui de porter la charge de bois de l' esclave. [Veyrières 1913 #492]

Proverbe Izay tsy miady koa dia olom-bodo, ary izay to fo kosa dia mamosavy. [Veyrières 1913 #149]
Izay tsy miady, olom-bodo, fa izay to-fo mamosavy. [Rinara 1974 #1525]
Izay tsy miady olom-bodo; fa izay to fo mpamosavy. [Houlder 1895 #348, Rajemisa 1985]
Izay tsy miady olom-bodo; izay to fo mamosavy. [Cousins 1871 #1206]
Interprétation malgache Enti-milaza fa tsy misy tsy miady afa-tsy ny zaza tsy manan-tsaina, fa rehefa vita ny fifanazavana, olondratsy (mpamosavy) izay mbola mitahiry hatezerana na manao an-dolompo. [Rajemisa 1985]
Traduction française Celui qui ne veut pas se battre est un nigaud; mais celui qui ne démord de rien est un sorcier. [Houlder 1895]
Il y a des gens qui ne se battent pas et n' ont pas de rancune, ce sont des enfants ; mais il y a des gens qui gardent tout dans leur coeur et ont de la rancune, ce sont les sorciers. [Veyrières 1913]
Interprétation française Ce proverbe dit la méchanceté des sorciers. [Veyrières 1913 #149]

Proverbe Mpamosavy namosavy boka, ka matin' ny olon-dratsy ny olon-tsy vanona. [Houlder 1895]
Mpamosavy namosavy boka: matin’ ny olon-dratsy ny olon-tsy vanona. [Cousins 1871 #1953]
Traduction française Quand un sorcier jette un sort à un lépreux (et cause ainsi sa mort), l' infirme est tué par le méchant. [Houlder 1895]

Proverbe Nahoana no dia ratsy vintana ohatra ny saka : bevohoka vao atao mamosavy ? [Rinara 1974]
Nahoana no dia ratsy vintana tahaka ny saka: berohoka vao atao mamosavy ? [Cousins 1871 #2037]
Nahoana no dia ratsy vintana takaky ny saka ? bevohoka vao atao mamosavy. [Veyrières 1913 #90]
Traduction française Pourquoi avoir un mauvais destin comme la chatte ? c' est quand elle est pleine qu' on la dit adonnée à la sorcellerie. [Veyrières 1913 #90]
Interprétation française C' était une croyance populaire que la chatte avortait lorsqu' on disait : elle est pleine ; aussi pour désigner une chatte pleine, on employait le mot mamosavy : faire de la sorcellerie. [Veyrières 1913 #90]

Proverbe Raha mihinana ny amalom-boasira hianao, manao hoe: "Ny maty no havakoary raha asa zama, manao hoe : "Mamosavy ny tsy tia maro". [Cousins 1871]
Raha mihinana ny amalom-boasira hianao, manao hoe ny maty no havako, ary raha tonga ny asa jama dia hanao hoe : ny mpamosavy no tsy tia maro. [Rinara 1974 #3615]

Proverbe Ratsy vintana hoatry ny saka, be vohoka vao mamosavy. [Veyrières 1913 #108]
Traduction française Avoir une mauvaise destinée comme la chatte : c' est quand elle est pleine qu' on l' appelle sorcière. [Veyrières 1913 #108]
Interprétation française C'était l'expression consacrée pour dire d'une chatte quelle était pleine ; on appliquait ce proverbe aux braves gens qui, devenus riches, se faisaient méchants. [Veyrières 1913 #108]

Proverbe Tsy afa-bintana angaha iny no nalaim-bintana ihany, ka manoto ray aman-dreny. [Veyrières 1913 #118]
Tsy afa-bintana angaha iny no nalaim-bintana, ka ratsy fanahy ihany, koa mamosavy. [Veyrières 1913 #117]
Traduction française Il n' a donc pas été bien exorcisé, que le sort n' est pas parti et qu' il broie père et mère. [Veyrières 1913 #118]
Il n'a donc pas été bien exorcisé, que malgré l'exorcisme il est méchant et sorcier. [Veyrières 1913 #117]
Interprétation française Allusion à la naissance sous le mauvais destin du mois d' Alakaosy ; les enfants nés sous ce destin devaient broyer père et mère, ou bien être eux-mêmes broyés. [Veyrières 1913 #118]

Index